Collèges

Moëlan-sur-Mer : protocole sanitaire au collège

Au collège de Moëlan-sur-Mer, comme dans les 61 collèges publics du Finistère, le contexte a obligé la direction et les personnels de l’établissement à mettre en place des modalités particulières et renforcées après les vacances d’automne pour continuer à accueillir les élèves en toute sécurité. Reportage.

Ce mardi matin, l’une des classes de 5e du collège Parc Ar C'Hoat de Moëlan-sur-Mer s’apprête à suivre un cours d’allemand. Mais leur professeur, Morgane Voisin n’est pas présente dans l’établissement. Comme cinq autres enseignants, elle est un personnel vulnérable à la COVID et maintient ses cours à distance. « C’est extrêmement important que les élèves gardent ce contact» explique la principale Stéphanie Gautier, qui souligne la mobilisation des équipes pour s’adapter au mieux au contexte sanitaire.

Depuis la mise en œuvre du protocole renforcé, une salle dédiée équipée d’un retro-projecteur relié à un ordinateur permet donc à Mme Voisin de poursuivre son enseignement en visio-conférence. Morgan Bonizec, professeur documentaliste du collège, s’est porté volontaire pour faire le lien essentiel entre la classe et la professeure à distance. C’est l’une des trois modalités proposées aux professeurs considérés comme personnels vulnérables, pour maintenir leurs cours : classes virtuelles avec un accompagnant pédagogique, séance mixte avec un remplaçant et des cours à distance ou des professeurs remplacés à 100 %.

Lorsque le cours d’allemand sur la période de Noël commence, les élèves s’installent masqués, distants de 1 mètre et exceptionnellement en îlots de 4. « Le professeur est virtuellement présent, moi je suis son relais dans la classe !» explique M. Bonizec. Installation de la classe, distribution des polycopiés, collecte de devoirs réalisés, appui technique, accompagnement individuel auprès des élèves et parfois rappel au silence font partie de ses missions de soutien.

Un bon respect des règles sanitaires

À 11h45, quelques classes commencent à sortir dans la cour, pour aller déjeuner. Le temps de restauration s’étale ainsi jusqu’à 13h55, pour permettre un flux continu de passage au self et éviter un brassage trop important. « Grâce au travail de réorganisation des emplois du temps, nous arrivons à respecter la distance d’un mètre entre les élèves. Ils déjeunent par classe et s’installent en quinconce.» «  D’autre part, les principes du protocole reposent aussi sur des récréations dans des espaces différenciés par niveaux. Chaque classe reste dans une salle de cours, sauf pour les enseignements spécialisés (SVT, physique-chimie, technologie, éducation musicale, arts plastiques» détaille la principale. Les salles partagées sont désinfectées à chaque rotation de classe.

Dans tout le collège, un sens de circulation pour éviter les croisements et brassage d’élèves a été mis en place par un marquage au sol et des panneaux « feu vert» et « sens interdit» en hauteur.

Le respect des règles imposées par le protocole sanitaire demande des efforts importants à tous : « Il faut rester à l’écoute de chacun. « Les élèves et les personnels sont fatigués physiquement et moralement dans ce contexte particulier.», conclut-elle.

Jean Capitaine, adjoint technique

Jean Capitaine partira dans deux mois à la retraite. Depuis 10 ans, il travaille au collège de Parc Ar C'Hoat de Moëlan-sur-Mer. Une expérience professionnelle qu’il a particulièrement appréciée. « Avant j’étais comptable dans le privé. Je me suis retrouvé au chômage et j’ai entamé une reconversion professionnelle. Je suis arrivé ici comme aide cuisine et j’ai immédiatement pris du plaisir !» Ces trois dernières années, il les a passées au service général, suite à la livraison du nouveau bâtiment qui a augmenté la charge de travail. Il a continué, en parallèle, à prêter main-forte en cuisine et à l’embellissement des espaces extérieurs. Aujourd’hui, il est agent technique à l’entretien des salles, de la plonge et de la cuisine. « Nous avons une très bonne équipe, où l’on s’entraide. Il y a une bonne entente», confie-t-il. Et pendant ce contexte sanitaire particulier, cette entraide leur a facilité la tâche pour organiser la cuisine, le self et les services, selon les protocoles. Le self accueille actuellement 90 personnes maximum au lieu de 180 habituellement. Des roulements plus importants sont nécessaires pour accueillir élèves et personnels, soit 350 personnes chaque midi en proposant une restauration en quinconce respectant une distanciation de 1 mètre.

Ce que Jean Capitaine retiendra également de son expérience au collège, c’est le contact avec les élèves. « On apprend à les connaître, des liens se créent. Ici il y a une quiétude. Les élèves sont sages. On est dans un environnement général favorable», conclut-il en regardant par les baies vitrées du self, qui donnent sur un espace de pelouse verdoyante.