Archéologie

Le centre d’archéologie préventive continue les fouilles

Dans le Finistère, 5200 sites archéologiques sont recensés. Ils sont connus mais pas tous étudiés et concernent toutes les périodes depuis la préhistoire, comme Menez Dregan (- 475 000 ans). Le centre départemental d’archéologie est un acteur important de cette connaissance et préservation des traces du passé. Reportage sur un site de fouilles à Bénodet.

A proximité de la route de Kéréost, à Bénodet, sur un site de plus de 9000 m2, un lotissement doit être construit. Mais avant qu’une telle opération d’aménagement puisse se réaliser, le service régional de l’archéologie de la DRAC de Bretagne (ministère de la Culture) a prescrit un diagnostic archéologique. Ce diagnostic s’étant avéré positif (des vestiges du Moyen-âge ont été mis en évidence), le ministère de la Culture a prescrit à l’aménageur du lotissement (SOCOBRET) la réalisation d’une fouille. L’aménageur a ensuite fait appel au Centre départemental d’archéologie (CDA), du Conseil départemental du Finistère, sur appel d’offre. Le CDA est en effet habilité à réaliser des fouilles préventives.

C’est ce qui s’est passé sur cette parcelle de 4000 m2, qui représente une partie du terrain où doit être construit un lotissement à Bénodet. Elle est actuellement l’objet de fouilles préventives réalisées par une équipe du CDA. « Cette mission vise concrètement à libérer le terrain de la contrainte archéologique, pour l’aménageur, précise Ronan Bourgaut, chef du centre départemental d’archéologie. Nous profitons du fait qu’il y ait des travaux pour sauvegarder, par l’étude, les vestiges qui ont déjà été repérés sur ce site, dans une phase préliminaire de diagnostic. »

Aujourd’hui, malgré ce deuxième confinement, les équipes du centre départemental d’archéologie restent en effet mobilisées. Le chantier de fouilles de Bénodet par exemple doit se terminer début décembre. « Nous sommes tenus à respecter notre contrat avec l’aménageur», explique Ronan Bourgaut. Les chantiers sont pour la plupart programmés tout au long de l’année et ne peuvent être décalés. L’équipe est petite et les protocoles de sécurité sanitaires sont respectés, ce qui permet de maintenir ce type d’activités. Mais le service d’archéologie ne se limite pas aux équipes sur le terrain. « Actuellement, nous avons aussi des équipes en laboratoire et en phase d’études ou de rédaction de rapport. Et tout cela doit s’enchaîner de façon fluide.»

Trois missions

Le centre départemental d’archéologie du Finistère a trois missions principales. La mission d’archéologie préventive, qui a connu un développement important ces dernières années. Elle se décline en deux principales activités : le diagnostic archéologique, qui sert à déterminer s’il existe un site archéologique sur un terrain qui va être soumis à des travaux. Et la fouille archéologique préventive qui, lorsque le diagnostic est positif, permet d’étudier les vestiges archéologiques découverts. 

Les deux autres missions du centre départemental sont :  l’inventaire archéologique, qui permet de recenser l’ensemble des sites archéologiques, continuellement découverts par des archéologues, des particuliers, etc. ; ainsi qu’une mission d’archéologie programmée, incluse dans la programmation de la recherche scientifique. « Elle se décline par la réalisation de deux fouilles archéologiques d’envergure : celle du château de la Roche Maurice, dans le Finistère nord et la villa romaine du Pérénou, à Plomelin.» 

Yoann Dieu, responsable d’opérations de fouilles archéologiques 

Contractuel depuis le 1er septembre 2020, pour une durée de trois ans, Yoann Dieu connait bien les activités du centre départemental d’archéologie. Avant d’être responsable des opérations de fouilles à Bénodet, pour mettre au jour des activités humaines datant du Moyen-Âge, il avait travaillé à plusieurs reprises pour des missions à la villa romaine de Plomelin. Il a aussi participé à différents chantiers d’archéologie préventives avec le Département ou l’Inrap. Son dernier chantier en date est la direction de la fouille préventive du CDA, préalable à la mise en sécurité de la route départementale RD 770 à Ploudaniel, où habitations médiévales et structures agraires ont été découvertes.

Aujourd’hui, il fait partie des équipes qui continuent de travailler sur le terrain, pendant ce deuxième confinement. Il détaille les résultats de ces fouilles : « Aujourd’hui, on a trouvé une petite occupation du Moyen-Âge, que j’attribue à la fin du XIe siècle, début du XIIe siècle. Nous avons trouvé des petites poteries, mais également des fossés qui viennent enclore une petite zone artisanale. Elle doit être liée à de la métallurgie, et peut-être même à l’extraction du minerai de fer. Derrière moi, on voit également une zone où il y a des fours, qui se matérialisent par des grandes fosses creusées directement dans le sol.»  

A Bénodet, les fouilles d’archéologie préventives serviront à augmenter les connaissances. Le site ne sera donc pas protégé ou préservé et les aménagements auront bien lieu, dès que le chantier de fouilles sera terminé.