Lecture

Bibliothèque du Finistère : entre biblio-retrait et Biblio-Covid

La Bibliothèque départementale du Finistère (BDF) travaille avec 222 bibliothèques du département. En temps normal, elle assure une mission principale : la mise à disposition des ressources physiques et numériques, pour les bibliothèques des communes de moins de 10 000 habitants. Mais à Plonévez-du-Faou, elle a ouvert une médiathèque ouverte au public. Pendant ce deuxième confinement, elle s’est adaptée pour continuer à assurer ses missions.

« Nous avons une mission classique de bibliothèque départementale d’ingénierie, de prêt de documents, de prêts d’outils d’action culturelle et d’accompagnement sur les projets, explique Guillaume Diaz, responsable de l’antenne de Plonévez-du-Faou à la Bibliothèque départementale du Finistère (BDF). Nous avons également une deuxième mission plus innovante, plus surprenante pour une bibliothèque départementale : celle d’accueillir tous les publics, avec des prêts sur place». Mais avec ce second confinement, les équipes départementales se sont à nouveau adaptées, pour pouvoir répondre à la fois aux besoins et aux demandes des élus, des bibliothèques partenaires et des usagers de l’antenne de la médiathèque de Plonévez-du-Faou.

Un biblio-retrait mis en place

Côté public, la BDF avait déjà pendant le premier confinement, lié à la covid 19, en mars-avril, maintenu avec ses usagers, grâce au portail de ressources numériques Syren. Vidéos à la demande, modules d’autoformation « consultés jusqu’à 10 fois plus, certaines semaines», selon Fabien Bihoré, responsable de l’antenne de Morlaix de la BDF, presse en ligne ou encore rubrique musique avaient eu particulièrement de succès. 

Pendant le deuxième confinement, l’antenne de Plonévez-du-Faou est allée plus loin en mettant en place le biblio-retrait, permis par la loi. « Concrètement, les gens nous appellent, nous contactent ou réservent directement via notre catalogue en ligne pour emprunter une sélection de documents, 35 au maximum, qu’ils viennent ensuite récupérer à des créneaux choisis. Cela permet de leur donner un accès à la culture en ces temps où malheureusement on ne peut plus les accueillir en présentiel dans nos locaux», détaille Guillaume Diaz.

Une mission qui se poursuit malgré le confinement

Côté mission auprès des bibliothèques partenaires, la BDF s’est également adaptée à la situation. L’équipe a mis en place le site Biblio-Covid, un portail internet pour accompagner les bibliothèques partenaires.  Concrètement, on y retrouve toutes les informations nécessaires à la mise en place d’un service public minimum au quotidien pour les bibliothèques. En tant que service de formation, la BDF a également mis en place une formation sur le management à distance, « pour que les équipes puissent s’adapter entre le télétravail et le présentiel. Mais aussi pour que les bibliothécaires du Finistère puissent continuer à travailler ensemble, ça c’est très important», explique Michèle Fitamant, directrice de la BDF. 

Les bibliothécaires partenaires qui le souhaitent ont pu également continuer à retirer des documents dans les antennes de la Bibliothèque départementale, pour apporter des nouveautés à leurs lecteurs. La BDF, enfin, a continué de passer des commandes de documents, pour soutenir les librairies locales. « C’était important. Nous n’avons pas eu de baisses budgétaires. Le Département a décidé de continuer à nous soutenir de ce côté-là et donc nous continuons à acquérir des documents quotidiennement», conclut la directrice. 

Le projet Ados d'Mots s’adapte au confinement

Depuis 2004, le Conseil départemental a mis en place le projet Ados d'Mots, dans le cadre du Plan de développement de la lecture publique. « Ados d’Mots, ce sont des ateliers d’écriture qui permettent la rencontre entre un public éloigné de la lecture, des écrits et de la culture, avec des professionnels, dont c’est le cœur de métier», explique Virginie Branquet, coordinatrice du projet. Des ateliers d’écriture sont organisés au sein des médiathèques, avec des publics d’adolescents, et depuis quelques années de seniors ou d’autres publics adultes éloignés de l’écrit. Quatre à cinq groupes participent chaque année, à raison de 10 à 20 heures répartis sur une année scolaire. A la suite de ces ateliers, une sélection des écrits réalisés est mise en scène par une compagnie de théâtre professionnelle.

«  Sur cette session-ci, le premier obstacle a été l’annulation du lancement qui n’a pas pu se faire en présentiel, explique la coordinatrice. On est en train de réfléchir à un lancement virtuel, avec une réunion prochaine en décembre.» Les ateliers, quant à eux ont dû se replier dans les collèges, encore ouverts, contrairement aux médiathèques. Pour la restitution, une expérience de captation vidéo a pu être réalisée l’année dernière, au lieu d’une représentation physique. 

Mais Virginie reste optimiste pour maintenir l’édition 2020-21 d’Ados d’Mots : « Tout le monde est vraiment très investi, très enthousiaste. Malgré les obstacles, on arrive à trouver des solutions et on s’adapte !» 

Mots clés

A noter : 

à partir du mercredi 2 décembre, l’antenne de Plonévez-du-Faou rouvre aux particuliers, à 13h30. Les antennes recommenceront ce même jour à accueillir les communes pour échanger des documents.

Site : www.biblio-covid.fr