terre de découvertes

Un été en Finistère

terre de découvertes

Quel peut être le rapport entre un magazine départemental et un été réussi ? En quoi les actions du Conseil départemental du Finistère peuvent-elles avoir un effet sur la qualité de vos vacances ? C'est ce que ce numéro de juillet du Penn Ar Bed se propose de vous faire découvrir.

Au fil des pages de ce numéro estival, nous avons souhaité montrer comment les élus et les agents du Conseil départemental travaillent, au quotidien, à améliorer le cadre de vie des Finistériens et comment, chaque année, 2,8 millions de touristes et 5,8 millions d’excursionnistes en profitent également.

Le Finistère occupe la 7e place au niveau national dans le domaine du tourisme. Ses atouts : une culture, une langue, un riche patrimoine bâti, une nature préservée, une forte présence de la mer et une biodiversité remarquable. La double présence du Parc naturel régional d’Armorique (PNRA) et du Parc naturel marin d’Iroise (PNMI), premier parc national marin de France, témoigne de cette richesse en Finistère intérieur comme dans sa partie littorale.

Le Département apporte un soutien actif à la filière touristique par le financement d’actions de promotion du territoire portées par son agence d'attractivité "Finistère 360".

Avec ses partenaires – État, collectivités, associations… –, le Département préserve et valorise les espaces naturels sensibles et la biodiversité, protège les 4 600 ha d'espaces naturels sensibles lui appartenant et permet leur découverte en les ouvrant au public de manière raisonnée.

La pratique du vélo n'est pas oubliée puisque le Département y consacre un investissement de 30 millions d’euros pour la période 2021-2027. Objectif : développer les infrastructures et sécuriser les itinéraires. Il s'agit des grands circuits touristiques qui permettent l'itinérance ou des balades à la journée – 900 kilomètres d’itinéraires cyclables existent déjà - mais aussi des liaisons pour les déplacements quotidiens.

Avec 6 300 km d’itinéraires de randonnée et 652 circuits, on peut préférer la marche en Finistère. Le Département accompagne techniquement et financièrement l’aménagement, la gestion et la promotion des itinéraires réalisés par les collectivités partout sur le territoire. Il a également aménagé en voies vertes plus de 100 kilomètres d’anciennes voies ferrées.

Enfin, avec 1 200 kilomètres de côtes, le Finistère est le premier département maritime de France. Les activités nautiques sont donc à la fête et le Département, dans ses actions de soutien, porte un intérêt tout particulier à la nécessité de préserver la qualité de l'environnement.

Entre terre et mer, le Finistère est donc la destination idéale pour des vacances réussies. Et ce numéro estival vous en donnera un aperçu : idées de balades, de bonnes adresses, des lieux incontournables ou plus secrets, des livres… Penn ar Bed vous donne des clés pour découvrir le Finistère. De quoi passer un bel été.

Espaces naturels sensibles

Beaux... mais fragiles

Les Espaces naturels sensibles (ENS) sont des sites protégés de l'artificialisation des sols. C'est une compétence des départements, définie par le code de l'Urbanisme. Le Conseil départemental du Finistère, pour sa part, a engagé des actions dès la fin des années 1960, pour protéger le littoral. Concrètement, chaque fois qu'une nouvelle construction sort de terre à l'initiative d'une entreprise ou d'un particulier – occasionnant l'artificialisation des sols –, une taxe d'aménagement est versée au Département. Cette ressource financière lui permet d'acheter des espaces pour les protéger de l'urbanisation. Ces zones, qui couvrent plus de 4 600 ha dans le département, sont, dans la mesure du possible, aménagées pour accueillir le public et le sensibiliser grâce à des circuits de randonnées. Depuis la période de confinement due au Covid-19, beaucoup de Finistériens en ont exploré la richesse.

© Yannick Derennes

Le Parc naturel régional d’Armorique

Avec 125 000 hectares, le Parc naturel régional d’Armorique (PNRA) représente environ 1/5e de la superficie du Finistère et abrite notamment le plus grand ensemble de landes atlantiques de France et le plus important complexe de tourbières de Bretagne. Les missions du parc consistent à protéger et à valoriser ces patrimoines naturels qui abritent une biodiversité exceptionnelle. Il œuvre également sur les paysages, le développement local durable, la culture, et il a à cœur de sensibiliser le public. Deuxième parc naturel régional à avoir été créé en France,  il est notamment financé par le Conseil départemental et la Région.

Pour connaitre le programme des animations proposées cet été par le PNRA n'hésitez pas à le télécharger  !

Le domaine de Menez Meur

© PNRA

Situé à Hanvec, il est le plus important Espace naturel sensible (ENS) du Finistère avec 680 hectares. Le Parc naturel régional d’Armorique, en partenariat avec le Conseil départemental, y préserve un important massif de landes sèches à humides, conserve des races domestiques, accueille le public et le sensibilise à la préservation des patrimoines naturels, paysagers et culturels. Dans ce cadre, le Parc propose notamment quatre parcours de découverte dans les monts d'Arrée : un parcours découverte (3 km – 1 h 30), idéal pour une balade en famille, près des cochons, vaches, chèvres et moutons ; le parcours des landes (2 km – 1 h) avec des paysages grandioses, typiques de la Bretagne intérieure ; le circuit des paysages (8 km – 3 h) pour les plus courageux ; le circuit forestier (2 km – 1 h) au milieu des arbres majestueux.

Le Parc naturel marin d’Iroise

© Laetitia Beauverger

Au "bout" du Finistère, le Parc naturel marin d’Iroise veille sur la mer d'Iroise, du nord de l'archipel de Molène au sud de la chaussée de Sein, et jusqu'à la limite des eaux territoriales à l'ouest. Il s’étend sur 3 500 km2, bordé par 330 km de côtes sur la façade occidentale du département. On y rencontre de nombreux paysages (dunes, falaises, îles), et il abrite une diversité exceptionnelle d’habitats naturels marins pour diverses espèces de poissons, de crustacés, de mammifères dont le grand dauphin ou le phoque gris, et plusieurs espèces d’oiseaux marins vulnérables. À sa tête, un conseil de gestion, présidé par Maël de Calan – président du Conseil départemental –, débat et se prononce notamment sur toute activité susceptible d’altérer le milieu marin. C'est l'Office français de la biodiversité est un établissement public dédié à la protection et la restauration de la biodiversité dans l'Hexagone et les départements d'outre-mer qui met à disposition du Parc naturel marin d’Iroise les moyens humains, techniques et financiers pour assurer une gestion cohérente de son espace maritime.

Parole d’élue

Amélie Caro, Conseillère départementale en charge du numérique, Présidente du Parc Naturel Régional d’Armorique (PNRA), Canton de Briec

« Le département du Finistère est riche de sa diversité de paysages entre terre et mer. Nos espaces naturels demeurent néanmoins fragiles, et le Conseil départemental, à travers le Parc Naturel Régional d’Armorique ou encore le Parc Naturel Marin d’Iroise, agit au quotidien afin de préserver ce patrimoine. »

Mots clés

Téléchargement

5 bons réflexes en balade

Pour permettre une découverte responsable des espaces naturels, il est important de respecter quelques gestes simples pour ne pas menacer la biodiversité locale.

  1. Je pars avec un petit sac pour conserver mes déchets.
  2. Je reste sur les chemins balisés pour éviter le piétinement répété hors des sentiers.
  3. Je prends soin de ne pas déranger la faune notamment en tenant mon chien en laisse.
  4. Je ne cueille pas les fleurs, je me contente de les regarder ou de les photographier.
  5. J’installe ma tente dans un espace de camping ou je privilégie des hébergements écoresponsables.

+ D’INFOS SUR

Domaine de Menez Meur : 9460 Hanvec - menez-meur.pnr-armorique.fr - Tél. 02 98 68 81 71

Itinéraires cyclables

Tous à vélo !

Penn ar Bed vous propose de partir à la découverte du Finistère à vélo, avec deux balades à faire en famille ou en circuit plus sportif.

Dans le Finistère, le développement des déplacements à vélo est une ambition de l'exécutif départemental. Aussi, pour les promouvoir, le Conseil départemental porte une politique « vélo » sur la période « 2021-2027 » avec un investissement à hauteur de 30 millions d’euros. Cette stratégie vise à multiplier par trois les déplacements à vélo au quotidien (2 % du total des déplacements actuellement) d'ici 2025 et par quatre pour 2030. L'enjeu est de répondre au dérèglement climatique, de lutter contre la sédentarité croissante de la population, en incitant à une pratique quotidienne ou pour les loisirs.

Sur le terrain, le Département développe les infrastructures et sécurise les itinéraires. Ce sont à la fois des grands itinéraires touristiques qui permettent l'itinérance ou des balades à la journée – plus de 900 kilomètres d’itinéraires cyclables existent déjà – mais aussi des liaisons pour les déplacements quotidiens (établissements scolaires, travail, commerces).

Cela passe également par la multiplication du nombre de places de stationnement vélo et la mise en œuvre d'actions destinées à encourager la pratique auprès de différents publics : collégiens, personnes en insertion, personnes handicapées ou simples pratiquants de loisir.

Itinéraire Nº1

Durée : 3 h – Distance : 36 km

Circuit vélo facile (90 m de dénivelé) combiné avec un trajet aller ou retour en car avec vélos embarqués, l'été uniquement, sur porte-vélo sur la ligne 56A du réseau BreizhGo entre Pont-l’Abbé et Saint-Guénolé (voir infos pratiques ci-dessous). L’itinéraire suit la véloroute V45 - La Littorale sur de petites routes à faible trafic routier ou des voies vertes et des pistes cyclables. Suivez les panneaux avec picto (1*) et surmontés du logo (2*) .

Saint-Guénolé vers Pont-l’Abbé

Dans ce sens, nous recommandons de commencer par le trajet en car+vélos embarqués puis d'effectuer le trajet retour à vélo.

ATTENTION : pas de car retour le dimanche dans le sens Pont-L'Abbé / Saint-Guénolé.

Départ du car de Pont-l’Abbé (gare routière) : 10 h 40 ou 12 h 40. Arrivée à Saint-Guénolé (place Auguste-Dupouy) : 11 h 25 ou 13 h 25.

Variante possible au départ de Quimper (gare routière et SNCF) avec vélos embarqués sur ligne 56A : 10 h 10 ou 12 h 10. Arrivée à Saint-Guénolé (place Auguste-Dupouy) : 11 h 25 ou 13 h 25 puis balade à vélo identique. Retour en car avec vélos embarqués à Pont-l'Abbé (gare routière) : 16 h 10 ou 19 h 30. Arrivée à Quimper (gare routière et SNCF) : 16 h 40 ou 20 h.

Pont-l’Abbé vers Saint-Guénolé

Pour un parcours vélo dans le sens Pont-l’Abbé vers Saint-Guénolé, commencez par la balade à vélo puis effectuez le retour en car avec vélos embarqués.

Départ du car de Saint-Guénolé (place Auguste-Dupouy) : 15 h 20 ou 18 h 40. Arrivée à Pont-l’Abbé (gare routière) : 16 h 10 ou 19 h 30. Possible tous les jours.

À voir :

  • Le phare de Penmarc’h
  • Haliotika la Cité de la Pêche (Le Guilvinec)
  • Les petits ports de Lesconil et de Loctudy

Itinéraire Nº2

Durée : 4 h 30 – Distance : 55 km

Boucle vélo facile par le même itinéraire de 36 km le long de la véloroute V45 - La Littorale entre Saint-Guénolé et Pont-l’Abbé (voir ci-dessous), puis 22 km de Pont-l’Abbé à Saint-Guénolé par un parcours plus champêtre sur petites routes à faible trafic et voie verte le long de l’ancien train Birinik (actuellement non balisé). Possible dans les deux sens toute l’année. Variante possible en partant de Quimper (gare routière et SNCF) avec vélos embarqués sur la ligne 56A du réseau BreizhGo : 10 h 10 ou 12 h 10. Arrivée à Saint-Guénolé (place Auguste-Dupouy) : 11 h 25 ou 13 h 25 puis balade à vélo identique. Retour en car de Pont-l’Abbé (gare routière) à 16 h 10 ou 19 h 30. Arrivée Quimper (gare routière et SNCF) : 16 h 40 ou 20 h.

Itinéraire Nº3

Durée : 5 h 30 / 6 h

Distance : 105 km - 700 m de dénivelé

Départ et arrivée à Plabennec - Gare routière (avenue de Waltenhofen). Stationnement sur l'aire de covoiturage située à proximité.

À noter : Itinéraire sur routes qui s’appuie :

  • du point de départ/arrivée au 1 (sur carte) sur la véloroute des Abers (suivre les panneaux avec (1*) en direction de Plouvien puis Lannilis)
  • du 1 au 2 (sur carte) sur la véloroute V45 - La Littorale (suivre les panneaux avec (1*) surmontés du logo (2*)),
  • du point 2 au point de départ/arrivée, sur la véloroute Côte des légendes (suivre les panneaux avec (1*) en direction de Lesneven puis Plabennec)

À voir :

  • Les dunes Sainte-Marguerite à Landéda
  • Le phare de l'île Vierge à Plouguerneau
  • La côte rocheuse
  • Le phare de Pontusval et le menhir à Brignogan-plages
  • La basilique Notre-Dame-du-Folgoët
Mots clés

Parole d’élue

Laure CaramaroConseillère départementale en charge des déplacements doux, Canton de Fouesnant

« Afin de promouvoir les modes de déplacement respectueux de l'environnement, nous agissons au quotidien. Nous avons notamment engagé la réalisation de 52km de nouveaux itinéraires cyclables pour environ 1,9 millions d'euros de travaux en 2022. Nous avons également subventionné les projets cyclables des communes et intercommunaltés et les avons accompagné techniquement. Nous continuerons dans ce sens pour préserver notre cadre de vie et notre environnement. »

En pratique : transport + vélo

Service embarquement des vélos proposé sur 10 lignes de cars du réseau BreizhGo équipées du 8 juillet au 1er septembre 2022 pour découvrir les itinéraires cyclables du Finistère.

Réservation fortement recommandée, dans la limite des places disponibles (8 places), en appelant au 02 99 30 03 00, au plus tard la veille de votre départ jusqu’à 17 h pour un départ du mardi au samedi, et le vendredi avant 17 h pour un départ le dimanche ou le lundi. Vélos classiques et vélos électriques autorisés. Vélos enfants, remorques et vélos pliés sous housse admis en soute, sous réserve d’espace disponible. Arrivez 15 minutes avant le départ indiqué et retirez tous les éléments mobiles du vélo (sacoches, porte-bébé, batteries de VAE…).

Infos sur breizhgo.bzh

  

La mer

Un immense terrain de jeu

Avec 1 200 kilomètres de côtes, le Finistère est le premier département maritime de France. C'est dire si le nautisme, qu'il soit sportif ou de loisir, y tient une place importante ! Le Conseil départemental, dans ses actions de soutien à cette activité, porte un intérêt tout particulier au nécessaire équilibre entre qualité de l'environnement et opportunités de développement.

Parole d’élu

Jean-Marc PuchoisConseiller départemental en charge de l’attractivité et du tourisme, Canton de Landivisiau

« Le département du Finistère est le plus côtier de France, et certainement le plus beau. Ses îles, ses grottes, ses rivières ou son littoral, en font l’un des départements les plus attractifs et c’est pourquoi nous agissons tous les jours pour promouvoir ces richesses. »

Les méandres de l’Odet entre Quimper et Bénodet

Où  ? Seize kilomètres entre la ville de Quimper et la baie de Bénodet, dans le sud du département.

Quoi  ? L'Odet, « la plus jolie rivière de France » selon l'écrivain Émile Zola, est un fleuve côtier long de 62,7 kilomètres qui prend sa source dans les montagnes Noires. Sur sa portion maritime, entre Quimper et la station balnéaire de Bénodet, le fleuve paresse entre des rives boisées parsemées de vastes prairies dominées par de nombreux châteaux et manoirs.

Comment  ? En kayak, canoë, stand-up paddle, aviron, planche à voile, bateau de croisière…

Pratique : présence de mouillages sauvages et de bouées cardinales. Rivière très protégée de la houle et des vents. Se méfier des vents de nord par marée montante.

Le petit + : une fois arrivés à Bénodet depuis Quimper, ou avant de partir si vous suivez l'Odet dans l'autre sens, faites une halte dans le petit port de Sainte-Marine. Situé juste en face de Bénodet, le lieu, particulièrement préservé et paisible, vaut le détour : la petite chapelle édifiée au XVIe siècle, l'abri du marin à façade rose pâle et les quelques terrasses penchées vers la mer offrent une visite inoubliable.

+ D'INFOS : Office de tourisme  de Bénodet - Tél. 02 98 57 00 14;  Club de canoë-kayak de Quimper Cornouaille - Tél. 02 98 53 19 99

Les rias de l’Aven et du Bélon

Où  ? Au sud-ouest du Pays de Quimperlé, dans le sud du département.

Quoi  ? L'Aven et le Bélon sont appelées des « rias » (des « abers » dans le Finistère nord). Il s'agit de deux petits fleuves côtiers dont les estuaires remontent loin dans les terres : ces longues échancrures envahies par la mer, bordées de rives boisées et escarpées, se rejoignent pour se jeter ensemble dans l'Atlantique.

Comment  ? En bateau, canoë, kayak, fun-board, planche à voile, stand-up paddle…

Pratique : présence de mouillages le long de la rivière. En raison des zones peu profondes, de l'orientation des vents et du courant sortant des rivières, vérifier les horaires de la marée et la météo du jour.

Le petit + : La ria du Bélon est le berceau de l’huître plate dite « belon » au goût de noisette. Pour son affinage, elle bénéficie d'une eau riche en planctons qui lui donne cette saveur si particulière. Sur place, plusieurs établissements proposent dégustations, visites d'exploitations et ventes de bourriches.

+ D'INFOS : Office de Tourisme du Pays de Quimperlé - Tél. 02 98 39 67 28

Les grottes de Morgat en presqu’île de Crozon

Où  ? Depuis le port de Morgat, dans la presqu’île de Crozon, à l'extrême ouest du Parc naturel régional d'Armorique.

Quoi  ? Une balade au fil de l’eau pour admirer les falaises vertigineuses qui plongent dans les eaux transparentes de la mer d'Iroise, les grottes et les criques inaccessibles depuis la terre ferme. La beauté époustouflante du littoral couvert de pins maritimes, de landes et de bruyères répond à la richesse des fonds marins : algues, poissons et crustacés.

Comment  ? En kayak, canoë, pirogue, stand-up paddle, catamaran, dériveur, planche à voile, bateau à moteur, vedette insubmersible…

Pratique : le site est abrité des vents donc peu dangereux. Attention toutefois au moment d'entrer dans les grottes en cas de forte houle ou de présence d'autres bateaux. À noter que l'accès à l'île Vierge, plage réputée pour son cadre paradisiaque, reste fermé, que ce soit par terre ou par mer, afin de la préserver.

Le petit + : la Maison des minéraux, entre Morgat et le cap de la Chèvre, propose de nombreuses activités et des visites guidées pour découvrir les merveilles géologiques de la presqu'île de Crozon.

+ D’INFOS : Office de Tourisme de Crozon - Tél. 02 98 27 07 92 ; Centre Nautique de Crozon-Morgat - Tél. 02 98 16 00 00

Sur les rives de l'Aber-Wrac'h

Où  ? L'Aber-Wrac'h traverse les communes de Ploudaniel, Le Folgoët, Lannilis, Plouguerneau et Landéda, dans le nord du département. Avec son voisin, l'Aber-Benoît, ils s'intègrent dans ce qu'on appelle le Pays des Abers.

Quoi  ? Petit fleuve côtier se jetant dans la mer Celtique, l'Aber-Wrac'h est un estuaire long de 34 km. Son embouchure, large de deux kilomètres, abrite, sur la commune de Landéda, un port de plaisance inauguré le 14 juillet 2007 par sa marraine, l'actrice Jane Birkin. Elle abrite aussi de nombreuses îles - Vénan, Vierge, Valan (dite "aux genêts"), Leac'h Venn ("aux moutons"), Terc'h ("aux Américains"), Stagadon - qui forment une digue naturelle. La plus connue, grâce à l’association du père Jaouen, est l’île Stagadon et sa plage de sable blanc. Surnommé le « fjord breton », l’Aber-Wrac’h est un haut lieu de l'apprentissage de la navigation et une étape classique du Tour du Finistère.

Comment  ? En kayak, planche à voile, optimist, dériveur… L’île Cézon et son fort ainsi que l’île Wrac’h sont accessibles à pied à marée basse.

Pratique : L'embouchure de l'Aber-Wrac’h recèle une myriade de roches, îlots, îles, écueils en tous genres. En cas de houle trop forte, il vaut mieux remonter l'aber jusqu'à Paluden, situé quatre kilomètres en amont.

Le petit + : une halte à l'Escale, un bistrot de marins réputé où vieux loups de mer et plaisanciers se côtoient allègrement.

+ D’INFOS : Office de Tourisme du Pays des Abers - Tél. 02 98 04 70 93

L'île Callot et le château du Taureau

Où  ? Dans la baie de Morlaix, sur la côte nord du département.

Quoi  ? À la pointe de la commune de Carantec, l'île Callot (prononcez « Callotte ») mesure 3 km de long sur 300 m de large. La pointe nord constitue une réserve naturelle protégée. Principalement constituée de petites criques, de dunes, d’ajoncs, de champs et de pâturages, l'île offre au regard, à son point culminant, la chapelle Notre-Dame-de-Callot. Le château du Taureau, seul fort en mer de Bretagne, a été érigé sur un îlot à l’entrée de la baie de Morlaix au XVIe siècle. Reconstruit par Vauban en 1745, le château a assumé les fonctions de défense, de prison, de résidence secondaire, puis d'école de voile avant d'être menacé par la ruine au début des années 1980.

Comment  ? En bateau au départ de Carantec, de Plougasnou pour le château du Taureau. Depuis Carantec pour l'île Callot (à pied, en kayak ou en bateau par la mer en fonction des marées).

Pratique : respecter les horaires de marées pour se rendre sur l'île Callot (le passage est ouvert deux heures avant et deux heures après la marée basse, selon les coefficients). En juillet et en août, les voitures sont interdites sur l'île.

Le petit + : à Morlaix, quai du Léon, la Manufacture des tabacs témoigne de l'activité ouvrière de la région. Bâtie en 1 740 avec le granite provenant de l'île Callot, la « Manu » a produit du tabac à priser, à mâcher et à fumer jusqu’à l’aube du XXIe siècle. Au plus fort de son activité, vers 1880, l'entreprise employait plus de 1 800 personnes. Peu à peu, la production a été délocalisée. À sa fermeture en 2004, le bâtiment a été reconverti en logements, en un lieu d'enseignement, d'activités économiques et culturelles.

+ D’INFOS : Office de tourisme de Carantec - Tél. 02 98 67 00 43; Office de tourisme de Morlaix - Tél. 02 98 62 14 94