Mémoire

Les enclos paroissiaux

Chefs-d’œuvre du Finistère

L'enclos paroissial constitue un ensemble architectural unique en France, composé d’une église, d’un mur d’enceinte, d’une porte monumentale, d’un calvaire et d’un ossuaire. Le mur, limite physique et symbolique, fait la séparation entre l’espace profane et l’espace sacré.

Ces chefs-d’œuvre artistiques représentent une partie de l’histoire d’une Bretagne ouverte sur le monde, placée au carrefour des routes commerciales maritimes, qui connaît au cours des XVIe et XVIIe siècles une phase de prospérité qu’elle n’avait jusque-là jamais connue. Les paysans-marchands de toile, dénommés juloded en breton, connurent leur apogée à cette époque. Ils avaient conservé une activité agricole importante dont ils surent tirer profit pour investir dans l’activité annexe et lucrative de la toile. Ces juloded achetaient du « fil cru » en grande quantité dans la ceinture dorée du Léon, renommée pour la qualité de son lin, puis faisaient travailler blanchisseurs et tisserands à la production de fines toiles de lin appelées « crées » (du breton krez signifiant chemise). Une activité qui trouvait ses débouchés dans l’exportation de ces toiles vers les pays du nord de l’Europe. Le Léon était alors considéré comme l’une des régions textiles les plus importantes du royaume. L’argent retiré de ces exportations par les ports de Morlaix et de Landerneau s’est alors transformé en pierres de taille, en bois sculpté ou en pièces d’orfèvrerie. Les juloded assuraient ainsi une grande partie des revenus des conseils de fabrique qui étaient à l’initiative des travaux engagés, dont l’édification des enclos. Des enclos qui furent l’œuvre, non pas des populations paysannes elles-mêmes, mais d’artistes et d’artisans dont les ateliers étaient établis dans les gros bourgs et les villes.

Un monde de formes et d’imaginaire

Tout en restant conforme au modèle de l’église bretonne (plan, utilisation de la voûte en bois), l’église de l’enclos fait preuve d’innovation architecturale. Impulsée par une concurrence entre paroisses, la construction de ce symbole prend un élan exceptionnel à partir des années 1570. Dans cette « course aux clochers », on navigue entre attachement aux formes héritées du passé (la flèche gothique) et formes innovantes à dôme, quand Guimiliau se « satisfait » de son élégant clocher Beaumanoir du début du XVIe siècle. Mais l’art des enclos reste profondément un art de décorateur. Chaque enclos raconte une histoire différente de celle du voisin. Il exprime une singularité si bien résumée dans l’expression bretonne « Kant bro, kant giz, kant parrez, kant iliz », cent pays, cent manières, cent paroisses, cent églises…

Aujourd’hui, ces ensembles paroissiaux représentent des marqueurs de l’identité finistérienne. Ils témoignent de l’attachement à une tradition religieuse, d’un désir d’entreprendre et de l’importance du mutualisme dans la région. Ils sont aussi le produit d’une œuvre réellement populaire et créatrice, et incarnent une culture liée au sacré et à l’activité économique d’une époque.

À Guimiliau : Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine

Situé juste derrière l’enclos paroissial de Guimiliau, au cœur du Pays de Landivisiau, le centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine Les Enclos a ouvert ses portes le 26 avril 2018.

Recouvrant 150 m² d’exposition permanente entièrement dédiée aux enclos paroissiaux, le centre d’interprétation propose au public une plongée dans l’âge d’or breton des XVIe et XVIIe siècles.

Immergé dans une scénographie moderne et esthétique, à travers différents espaces ludiques, le visiteur remonte le temps pour (re)découvrir les enclos, véritables joyaux d’architecture et d’histoire. Maquettes, fac-similés, jeux et projections scéniques permettent à tous, petits et grands, de mieux comprendre ce patrimoine unique au rayonnement international.

Mots clés

+ D’INFOS

  • Centre d’interprétation – Les enclos
  • 53 rue du calvaire, 29400 Guimiliau
  • Tél. 02 98 68 33 33
  • De septembre à juin, du lundi au vendredi :
  • 9 h 30-12 h et 14 h-17 h.
  • www.ciap-enclos.fr