À l'affiche

Sortir en Pays de Morlaix

Le grand cairn de Barnenez

© Patrig Sicard (CD29)

C’est un monument mégalithique exceptionnel érigé il y a près de 6 000 ans au cours  du Néolithique, période de la Préhistoire récente correspondant à l’arrivée de l’agriculture, de la domestication des animaux et des premières maisons.

À cette période, l’homme commence à marquer le paysage, dont certains points remarquables font l’objet de constructions funéraires ostentatoires savamment construites pour durer.

Le cairn de Barnenez a été sauvé in extremis de la destruction il y a plus de 50 ans : un début d’exploitation en carrière a mis au jour l’arrière de quatre chambres funéraires à l’ouest du monument. Après l’arrêt des travaux, les campagnes de fouilles archéologiques ont permis de déterminer qu’il comportait un total de 11 chambres funéraires à couloir englobées dans la masse de pierres sèches qui constitue le grand cairn de 70 mètres de long et près de 8 mètres de haut.

Pierre-Roland Giot, qui a dirigé les fouilles dans les années 1960, voyait un premier cairn côté est, comprenant un certain nombre de chambres, auquel aurait été adossé côté ouest un second cairn comprenant d’autres chambres. De nouvelles études basées sur les méthodes de l’archéologie du bâti mettent aujourd’hui en évidence une histoire plus complexe.

Les monuments funéraires mégalithiques, dont Barnenez est un témoin hors du commun, ont donc une évolution longue qui s’échelonne sur plusieurs centaines d’années et qui résulte de changements symboliques dans le traitement des morts choisis pour intégrer ces constructions pérennes. Ceci est également perceptible à travers les partis pris architecturaux des chambres, certaines présentant une construction voûtée en petit appareil, d’autres une construction à dalles et piliers mégalithiques, certaines mêlant les deux.

Infos pratiques

Ouvert :

  • De septembre à avril : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30
  • Mai et juin : de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30
  • Juillet et août : de 10 h à 18 h 30

Fermé : Les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 11 novembre et 25 décembre.

Le monument est accessible aux personnes à mobilité réduite avec l’aide d’un accompagnateur.

+ D’INFOS SUR : Tél. 02 98 67 24 73, www.barnenez.fr

Château de Kerjean, SAINT-VOUGAY

© Dominique Dirou

OUVERTURE POUR LES VACANCES D’HIVER !

Du samedi 5 février au dimanche 20 février.

Avec son exposition permanente « Les riches heures de Kerjean », petits et grands pourront explorer l’histoire du château et de ses habitants à la Renaissance avec maquettes, multimédias, films, grimoires ou lunette d’exploration… Un programme de visites, ateliers, animation flash et activité clé en main compléteront la découverte du château.

+ D’INFOS SUR : www.cdp29.fr (programme détaillé dans l’onglet « ma visite »)

SEW, morlaix

Théâtre : Jellyfish ou nos mondes mouvants

Vendredi 14 janvier à 20h30, 39, quai du Léon - 29600 Morlaix

Jellyfish met en scène l'étonnante rencontre entre C.U. (prononcé « See you » : « je te vois »), et Peggy, la fille du nouveau compagnon de sa mère.

Peggy est non-voyante, mais devient paradoxalement le regard de C.U. vers le monde réel, alors que celui-ci reste coupé du monde extérieur, consacrant son existence à l'observation du genre humain à travers ses réseaux sociaux.

Mise en scène Jean-François Auguste, Texte Loo Hui Phang

+ D’INFOS sur : cnca-morlaix.fr

Pôle culturel du Roudour, Saint-Martin-des-champs

Exposition : « Impression rurale »

Du 6 au 20 février.

Fondamentalement attachée au réel, le processus de création d’Elodie Cariou est d’extraire des éléments dans l’environnement qui l’entoure et d’en proposer une lecture singulière.

+ D’INFOS : Visites guidées gratuites sur réservation à l'adresse suivante : lesmoyensdubord.mdb@gmail.com.

Horaires de l'exposition : du mercredi au vendredi de 14 h à 17 h 30, le samedi de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 17 h 30

Exposition : Une forêt sous la mer, Daniela Lorini

Du 5 février au 19 mars.

Photos, vidéos, installations, sons… l’exposition « Une forêt sous la mer » est visible du 5 février au 19 mars prochains au Pôle culturel du Roudour à Saint-Martin-des-Champs. Une très belle balade sous-marine au milieu des laminaires et des himanthales.

+ D’INFOS : Tél. 02 98 15 20 90

 

Sortir en pays de Brest

La radio et le podcast à l'honneur

Du 26 au 30 janvier la 18e édition du festival Longueur d'ondes mettra en valeur la radio et le podcast en différents lieux de Brest.

Chaque année, depuis dix-huit ans, le festival Longueur d'ondes à Brest, manifestation unique en son genre, invite à partager l'écoute de la radio, un média du quotidien et de l'intime. À la radio, s'est adjoint depuis quinze ans le podcast, une nouvelle forme d'écoute sur Internet qui s'est très fortement développée ces dernières années et est très prisée des jeunes.

« Notre curiosité, comme l’engouement suscité par la manifestation, nous pousse à imaginer toujours de nouvelles propositions autour du média radiophonique et de celles et ceux qui le font exister, mais aussi autour de l’écoute et de la création sonore et musicale  », soulignent les organisateurs de ce rendez-vous.

Des temps forts auront lieu dans les différents sites d’accueil

Le Quartz, scène nationale de Brest étant en travaux pour deux années, l'équipe organisatrice a imaginé une édition nomade dans plusieurs lieux culturels de la ville de Brest : Les Ateliers des Capucins, La Maison du théâtre, la Carène, Océanopolis, le centre d'art contemporain Passerelle, le cabaret Vauban, le cinéma Les Studios, etc.

Cinq jours de programmation émaillés de temps forts : rencontres avec des femmes et des hommes de radio et de studios de podcasts, enregistrements d'émissions, tables rondes, performances, ateliers professionnels, séance de pitch de projet éditorial, propositions pour le jeune public et pour les scolaires…

Infos et programmationwww.longueur-ondes.fr

Les ateliers des capucins, BREST

Paul Bloas / Faire Rouge

Du 26 nov. Au 27 fév. - Placedes Machines – Accès libre.

Un bel hommage à la culture ouvrière de Brest. Avec ses quinze portraits de chaudronniers, Paul Bloas, connu pour ses géants éphémères, troque ici le papier contre des plaques d’aluminium et fixe ses portraits dans le temps. 

En partenariat avec la Serrurerie Brestoise

Dominique Leroux / Inversion

Du 9 déc. au 12 fév, de 13h à 19h, Passage des Arpètes – Accès libre. 

Parfait connaisseur de l’arsenal et de ses talents, le photographe nous donne à voir une histoire importante de Brest. De la construction du porte-avions Charles de Gaulle à la déconstruction de sous-marins type Agosta, il nous emmène au plus près du travail des ouvriers du métal. Une scénographie impressionnante.

Nicolas Floc’h / Initium Maris

Du 3 déc. au 12 fév., de 13 h à 19 h, Salles d’exposition Passage des Arpètes – Accès libre

En observateur des grands enjeux de société : mécanismes économiques, changements climatiques… le photographe Nicolas Floc’h s’attache à représenter le monde sous-marin, en particulier les différents habitats et les paysages qui le composent.

En partenariat avec Passerelle, centre d’art contemporain

Abbaye de daoulas

RÉOUVERTURE DES JARDINS

À partir du 1er avril.

Récemment primés aux Victoires du paysage, les jardins de l’abbaye sont des jardins d’agrément, créés pour la promenade, la découverte, la contemplation ou le repos. Tout est composé pour la qualité des points de vue, les couleurs au fil des saisons, l’harmonie des espaces et le plaisir de s’y balader. Dédiés aux plantes médicinales, ils regroupent une sélection d’essences venues de toute la planète. Chaque année les jardins accueillent une exposition photographique et à partir du 1er avril prochain, ce sont les photographies de Ayana V. Jackson et Omar Victor Diop qui y prennent place en résonance avec la grande exposition annuelle « Afrique. Les religions de l'extase ».

Sortir en Pays du Centre Ouest Bretagne

Les camélias, une collection d'excellence

En 2021, le domaine de Trévarez a initié « les saisons botaniques de Trévarez » afin de valoriser ses trois principales collections florales reconnues nationalement et internationalement : camélia, rhododendron et hydrangea. Fort du succès rencontré, l’événement est reconduit et toute l’équipe du domaine vous donne rendez-vous à partir du 26 février et jusqu'au 20 mars pour célébrer la première saison botanique qui met à l’honneur la prestigieuse collection de camélias au cœur de ce jardin d’excellence riche de près de 750 variétés. Au programme : visites, ateliers, démonstrations, causeries, animations pour découvrir ou redécouvrir ce patrimoine végétal exceptionnel.

+ D’INFOS SUR www.cdp29.fr

Domaine de trévarez, SAINT-GOAZEC

Concours de contes

Du 26 février au 4 juin.

Un concours de conte, ouvert à tous dès 10 ans, où les participants rédigent un conte inédit sur le thème de la nature, la végétation, incluant le domaine de Trévarez. Une visite du domaine et des ateliers d’écriture orchestrés par un auteur sont également au programme  ! Trois prix seront décernés avec en cadeau : une sélection de contes ainsi que des produits du domaine de Trévarez.

Organisé par la bibliothèque départementale du Finistère, antenne de Plonévez-du-Faou

+ D’INFOS : Renseignement et inscription auprès de la Bibliothèque Départementale du Finistère (www.biblio.finistere.fr) et du Domaine de Trévarez (www.cdp29.fr) entre le 26 février et le 19 mars.

La photographie toujours à l’honneur

Dès le 26 février.

Dès le 26 février, au moment de la réouverture du domaine de Trévarez, les visiteurs pourront découvrir ou redécouvrir les expositions photographiques « Sur les bords de l’aulne à la Belle Époque, la suite  ! » de Marie Dubuisson et « La nature pour modèle » de Karl Blossfeldt.

Écomusée des Monts d’Arrée, saint-rivoal

Exposition Culture crêpe, un tri dra mar plij !

Depuis septembre 2021.

Depuis le mois de septembre dernier, les jardins de la maison Cornec de l’écomusée des monts d’Arrée (à Saint-Rivoal) accueillent une exposition gratuite : « Culture crêpe, un tri dra mar plij  ! » La crêpe est-elle un patrimoine culturel immatériel  ? Des témoignages sont diffusés par des bancs sonores qui offrent à l’auditeur une vue imprenable sur le patrimoine de l’écomusée. Une sélection iconographique et des panneaux d’interprétation complètent le propos. Le site de la maison Cornec étant ouvert à la manière d’un jardin public, cette exposition en extérieur est accessible en permanence.

+ D’INFOS : Ecomusée des monts d’Arrée, Tél. 02 98 68 87 76

Tous au jardin !

Depuis 2019.

L’écomusée des monts d’Arrée construit son projet avec la population et en réponse à ses besoins. Certains habitants isolés du territoire ayant exprimé l'envie de se retrouver autour d’un projet « jardin potager », Gurvan Guédez, l’animateur de l’espace « Vie sociale, les Rendez-vous des monts d’Arrée » s’est donc adressé à l’écomusée.

C’est ainsi que depuis 2019, un atelier par mois est organisé et animé par Laurent Rannou, jardinier à l’écomusée. Objectif : transmettre des savoir-faire et susciter des moments de convivialité et de partage.

Les ateliers se déroulent pour certains dans le potager du site de la maison Cornec à Saint-Rivoal, les autres dans le jardin d’un des participants, sur le territoire de Monts d’Arrée communauté. Les ateliers ont dû être interrompus en 2021, mais ils reprendront dès février prochain.

Pour être incollable sur les camélias… la nouvelle application ARzone  !

Les visiteurs curieux pourront essayer la nouvelle application gratuite - ARzone - pour découvrir avec leurs smartphones quelque 240 variétés de camélias. Autant d’anecdotes et de caractéristiques sur chaque fleur pour plonger au cœur de cette collection d’excellence.

Télécharger gratuitement l’application ARzone sur votre smartphone (depuis l’Appstore ou Google play).

Sortir en Pays de Cornouaille

Le chant de la Bretagne Termine dans 6 mois !

Du 28 janvier au 31 décembre 2022 au Musée départemental breton : une exposition réalisée en association avec les archives départementales du Finistère.

Laissez-vous porter par le Barzaz Breiz  !

Véritable œuvre littéraire de premier plan écrite par Théodore Hersart de La Villemarqué et publiée en 1839 d’après un travail de collecte orale, les chants du Barzaz Breiz vont résonner bien au-delà des frontières bretonnes et déchaîner les passions. Le Département a acheté en 2018 le fonds d’archives 

et la bibliothèque familiale de La Villemarqué avec le soutien de l’État, de la Région et de la Ville de Quimperlé, pour préserver le travail de cette figure marquante du XIXe siècle. Commence alors un partage de ce patrimoine commun qui nourrit encore nos imaginaires individuels et collectifs, qu’il s’agisse de légendes arthuriennes, de korrigans ou de la vie quotidienne…

C’est à partir de ces sources que l’exposition nous invite à un voyage au cœur du Barzaz Breiz, grâce à un triptyque « écrit – musique – œuvre d’art ». Une sélection d’une vingtaine de chants et de plus d’une centaine d’œuvres et documents répartis dans tout le musée permet de saisir les grandes thématiques et l’esprit du Barzaz Breiz d’hier à aujourd’hui : la légende, l’histoire et la vie. Une immersion sonore et visuelle  !

Infos pratiques

Horaires :

  • De septembre à juin : du mardi au vendredi de 9 h 30 à 17 h 30 ; les samedis et dimanches de 14 h à 17 h 30.
  • Juillet-août : tous les jours de 10 h à 19 h.

Tarifs :

  • Gratuit les week-ends d’octobre à mai
  • Plein : 7 €
  • Réduit : 4 € (groupe à partir de 10 personnes, Passeport culturel en Finistère)
  • Gratuit : moins de 26 ans, demandeurs d’emploi ou bénéficiaires du RSA, visiteurs en situation de handicap, carte ICOM, Amis du musée, carte presse

PÔLE D’ACTION CULTURELLE L’ARCHIPEL, FOUESNANT

Bérengère Krief, « Amour »

Vendredi 25 février à 20h30.

Avec autant d’autodérision que d’émotion, la comédienne Bérengère Krief propose dans son spectacle intitulé « Amour » de nous livrer quelques confidences sur ses déboires amoureux, ses mésaventures, ses peines, ses joies… et nous fait passer du rire aux larmes. Durée 1 h 20 – 32 € (plein tarif)

+ D’INFOSarchipel-fouesnant.fr

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU FINISTÈRE, QUIMPER

Présentation des documents du Barzaz Breiz

Jeudi 10 mars 2022 à 18h30.

Trois ans ont été nécessaires pour classer les 5 700 documents d’archives et les 2 000 ouvrages du Barzaz Breiz. Il est maintenant temps de vous dévoiler les découvertes les plus surprenantes, les pièces les plus insolites du fonds d’archives et de la bibliothèque de Théodore Hersart de la Villemarqué, ainsi que les dessous du métier d’archiviste. Durée 1 h – Gratuit

THÉÂTRE DE CORNOUAILLE, QUIMPER

Camille Chamoux, « Le temps de vivre »

Mardi 2 et mercredi 3 mars 2022 à 20h.

Avec un humour piquant, parfois pince-sans-rire, la comédienne Camille Chamoux se propose de dédramatiser notre rapport au temps qui passe. Elle revient ainsi avec son nouveau spectacle « Le temps de vivre », mis en scène par Vincent Dedienne, afin de dresser un éloge de l’optimisme et du moment présent. Durée 1 h 10 – 25,50 € (plein tarif)

+ D’INFOStheatre-cornouaille.fr

CENTRE DES ARTS ET DE LA CULTURE (CAC), CONCARNEAU

Celtic Legends

Dimanche 13 mars 2022 à 18h.

Cette compagnie créée en 2002 fera son grand retour en France à l'occasion de son 20e anniversaire. La troupe de 20 danseurs vous fera danser et voyager à travers l'Irlande et vous invitera à partager l'histoire du peuple de l'île d'Émeraude.

Deux heures de danses époustouflantes chorégraphiées sur des rythmes traditionnels interprétés par 6 musiciens hors-pairs (Uilleann-pipes, flûte, violon, bodhran, guitares, accordéon…). Durée 2 h – 42 € (plein tarif)

+ D’INFOSculture.concarneau.fr

Balades

La montée de la Roche du Feu

Une randonnée à faire absolument !

Cette randonnée vous permettra de gravir la Roche du feu, colline culminant à 281 m. Depuis sa pointe saillante, vous découvrirez un panorama à 360° sur la plaine de Châteaulin, les monts d’Arrée, les montagnes Noires, le Menez Hom et la plaine de Cornouaille. Pas besoin d’être un as de la géographie, le sommet est équipé d’une table d’orientation pour vous aider à mettre un nom sur ces reliefs. Autre atout, cet espace naturel départemental offre une variété d’ambiances paysagères qui émerveillera petits et grands.

  1. De la place de l’église (panneau du circuit), monter la ruelle en direction du château d’eau. Poursuivre dans le petit chemin creux jusqu’à la route communale.
  2. Couper cette route, emprunter un chemin de terre bordant un bois sur 500 m environ.
  3. Au panneau directionnel, continuer à droite sur un sentier traversant une lande dans une succession de roches pour parvenir au pied de la Roche du feu. Grimper entre les rochers pour atteindre le sommet (attention par temps humide, les roches peuvent être glissantes).
  4. Descendre jusqu’au parking, emprunter la route communale sur environ 150 m, puis virer à gauche et prendre le chemin serpentant et descendant dans la campagne gouézécoise. Rejoindre Raouennic puis prendre, 100 m à droite, la route d’accès à Ty Névez suivie d’un sentier menant à la D 41, à Croaz Toull.
  5. Prendre à gauche la départementale (visibilité réduite, prudence pour traverser) pour le retour à Gouézec, en empruntant le délaissé de route.

Mémoire

Les enclos paroissiaux

Chefs-d’œuvre du Finistère

L'enclos paroissial constitue un ensemble architectural unique en France, composé d’une église, d’un mur d’enceinte, d’une porte monumentale, d’un calvaire et d’un ossuaire. Le mur, limite physique et symbolique, fait la séparation entre l’espace profane et l’espace sacré.

Ces chefs-d’œuvre artistiques représentent une partie de l’histoire d’une Bretagne ouverte sur le monde, placée au carrefour des routes commerciales maritimes, qui connaît au cours des XVIe et XVIIe siècles une phase de prospérité qu’elle n’avait jusque-là jamais connue. Les paysans-marchands de toile, dénommés juloded en breton, connurent leur apogée à cette époque. Ils avaient conservé une activité agricole importante dont ils surent tirer profit pour investir dans l’activité annexe et lucrative de la toile. Ces juloded achetaient du « fil cru » en grande quantité dans la ceinture dorée du Léon, renommée pour la qualité de son lin, puis faisaient travailler blanchisseurs et tisserands à la production de fines toiles de lin appelées « crées » (du breton krez signifiant chemise). Une activité qui trouvait ses débouchés dans l’exportation de ces toiles vers les pays du nord de l’Europe. Le Léon était alors considéré comme l’une des régions textiles les plus importantes du royaume. L’argent retiré de ces exportations par les ports de Morlaix et de Landerneau s’est alors transformé en pierres de taille, en bois sculpté ou en pièces d’orfèvrerie. Les juloded assuraient ainsi une grande partie des revenus des conseils de fabrique qui étaient à l’initiative des travaux engagés, dont l’édification des enclos. Des enclos qui furent l’œuvre, non pas des populations paysannes elles-mêmes, mais d’artistes et d’artisans dont les ateliers étaient établis dans les gros bourgs et les villes.

Un monde de formes et d’imaginaire

Tout en restant conforme au modèle de l’église bretonne (plan, utilisation de la voûte en bois), l’église de l’enclos fait preuve d’innovation architecturale. Impulsée par une concurrence entre paroisses, la construction de ce symbole prend un élan exceptionnel à partir des années 1570. Dans cette « course aux clochers », on navigue entre attachement aux formes héritées du passé (la flèche gothique) et formes innovantes à dôme, quand Guimiliau se « satisfait » de son élégant clocher Beaumanoir du début du XVIe siècle. Mais l’art des enclos reste profondément un art de décorateur. Chaque enclos raconte une histoire différente de celle du voisin. Il exprime une singularité si bien résumée dans l’expression bretonne « Kant bro, kant giz, kant parrez, kant iliz », cent pays, cent manières, cent paroisses, cent églises…

Aujourd’hui, ces ensembles paroissiaux représentent des marqueurs de l’identité finistérienne. Ils témoignent de l’attachement à une tradition religieuse, d’un désir d’entreprendre et de l’importance du mutualisme dans la région. Ils sont aussi le produit d’une œuvre réellement populaire et créatrice, et incarnent une culture liée au sacré et à l’activité économique d’une époque.

À Guimiliau : Le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine

Situé juste derrière l’enclos paroissial de Guimiliau, au cœur du Pays de Landivisiau, le centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine Les Enclos a ouvert ses portes le 26 avril 2018.

Recouvrant 150 m² d’exposition permanente entièrement dédiée aux enclos paroissiaux, le centre d’interprétation propose au public une plongée dans l’âge d’or breton des XVIe et XVIIe siècles.

Immergé dans une scénographie moderne et esthétique, à travers différents espaces ludiques, le visiteur remonte le temps pour (re)découvrir les enclos, véritables joyaux d’architecture et d’histoire. Maquettes, fac-similés, jeux et projections scéniques permettent à tous, petits et grands, de mieux comprendre ce patrimoine unique au rayonnement international.

Mots clés

+ D’INFOS

  • Centre d’interprétation – Les enclos
  • 53 rue du calvaire, 29400 Guimiliau
  • Tél. 02 98 68 33 33
  • De septembre à juin, du lundi au vendredi :
  • 9 h 30-12 h et 14 h-17 h.
  • www.ciap-enclos.fr