Pays de Brest

Saint-Renan

Rompre l’isolement

Depuis novembre 2020, « Au jardin des mirabelles », une maison de retraite partagée a ouvert ses portes à Saint-Renan. Implantée au cœur de la ville, elle permet aux seniors de préserver leur indépendance tout en étant entourés.

« Je ne pouvais plus vivre seul chez moi. Je suis allé à l'EHPAD pour m'inscrire, mais je me suis rendu compte que ce n'était pas pour moi. Je voulais garder une certaine indépendance, d'autant que j'ai ma famille aux alentours  », explique François, un résident de 77 ans.

Autant dire que l'ouverture en novembre dernier à Saint-Renan, de la maison de retraite partagée « Au jardin des mirabelles » a tout de suite emporté son adhésion. Il est même le premier locataire à y avoir posé ses valises.

Ce projet est l'œuvre de Marie-Dominique Lamour, une aide médico-psychologique qui a travaillé en EHPAD, en unité Alzheimer et auprès de personnes handicapées vieillissantes à domicile. Elle a aménagé dans une grande maison quatre appartements de 30 à 35 m² et un de 55 m² adaptés aux personnes à mobilité réduite. Le bâtiment possède aussi un espace de vie commune constitué d'une salle à manger et d'une cuisine. C'est d'ailleurs là que les locataires se retrouvent tous les midis en semaine pour partager les repas préparés par une aide à domicile.

«  L'objectif de cette maison est de créer un lieu de vie à taille humaine pour rompre l'isolement et offrir une alternative à l'entrée en EHPAD », explique la propriétaire qui gère la structure.

Pour François, Marie-Thérèse, Jean et Pierre, la formule séduit. « On est chez nous et on y restera tant que ce sera possible. On crée des liens entre nous, on sait qu'on peut compter les uns sur les autres  », apprécie le groupe.  « Je pense que c'est un concept qui est amené à se développer car cela répond à un vrai besoin  », conclut Marie-Dominique Lamour.

TRAVAUX ROUTIERS

RD 770, RÉOUVERTURE ENTRE L'AUBERGE NEUVE ET KERNEYEN

Depuis mars dernier, la portion de la RD770 à Ploudaniel entre l'Auberge-Neuve et Kerneyen était fermée à la circulation en raison de travaux destinés à sécuriser cette route particulièrement passante. À partir de la fin du mois d'octobre, les véhicules pourront de nouveau emprunter la route qui offre un nouveau tracé avec deux ronds-points nouvellement créés.

Prochaine étape à partir de mars 2022 avec des travaux sur la portion de route d'un kilomètre et demi entre l'Auberge- Neuve et l'échangeur de Saint-Eloi sur la RN 12. De nouvelles déviations seront mises en place pendant la durée des travaux.

Pays de Morlaix

Recyclerie

Le Repair, la seconde vie des matériaux

La recyclerie Le Repair à Pleyber-Christ œuvre pour favoriser le réemploi de matériaux issus principalement d'entreprises du Pays de Morlaix.

Quand on rentre dans la recyclerie Le Repair, créée il y a un an à Pleyber-Christ, on est immédiatement surpris par ce qui est mis en vente. Ici, pas de bibelot, de vêtement, de meuble… comme dans la plupart des recycleries, mais du matériel de plomberie, d'électricité, de la peinture, des chutes de tissus, des radiateurs, des fenêtres, de l'isolant, du mobilier professionnel… « Le Repair est l'une des premières recycleries de matériaux de Bretagne. Notre activité est basée sur la collecte de déchets qui proviennent essentiellement des entreprises et que nous revendons ensuite aux particuliers, aux auto-constructeurs, aux bricoleurs, aux artistes… notre objectif étant de favoriser le réemploi et d'offrir la possibilité d'accéder à moindre coût à des matériaux  », explique Damien Le Magoariec, l'un des quatre amis à l'initiative du projet et salarié de l'association.

Des gisements de matières à valoriser

Pour alimenter les rayons de la recyclerie, l'équipe constituée de six salariés s'adresse d'abord aux entreprises. «  Environ 70 % des déchets générés en France proviennent du domaine de la construction et du BTP », précise le responsable. Elle leur propose un diagnostic ressources qui permet d'identifier le gisement de matières à valoriser. Elles n'ont plus ensuite qu'à déposer les matériaux identifiés à la recyclerie ou à demander qu'on vienne les collecter. Autre source d'approvisionnement, la déconstruction sélective. Avec l'aide d'un professionnel du bâtiment, l'équipe peut effectivement se charger de chantiers de déconstruction. Ainsi, dernièrement, elle a travaillé sur une maison à pondalez à Morlaix. «  C'est passionnant de déconstruire car cela permet de comprendre comment cela a été bâti. De plus, on a accès à des matériaux anciens qu'on ne retrouve pas ailleurs.  »

Un lieu de transmission des savoir-faire

Au-delà de la vente, Le Repair se veut aussi un lieu de questionnement sur nos modes de consommation et un lieu de transmission des savoir-faire. Ainsi, à l'intérieur du hangar de 2 500 m², les salariés et des bénévoles ont construit un espace atelier de 250 m² pourvu de machines-outils que chacun pourra utiliser librement moyennant un abonnement.

« Ce lieu accueillera des stages de formation, des ateliers de création de mobiliers et d'objets fonctionnels, des résidences d'artistes. Ces derniers, plasticiens, designers, ingénieurs, trouveront là un espace pour expérimenter, créer des œuvres et pourquoi pas de nouveaux matériaux  », souligne Damien Le Magoariec.

PAROLE D'ÉLUE : Viviane Bervas, Vice-présidente en charge de l’économie circulaire, Canton de Landerneau

« Grâce aux innovations de nos entreprises et aux efforts de chacun, le Finistère regorge d’initiatives qui font émerger un département plus durable. Le Conseil départemental encourage ces initiatives notamment celles relatives à l'économie circulaire qui permet de préserver nos ressources et transformer nos déchets en produits utiles. »

Pays de Cornouaille

Filière pêche

Le département investit pour la pêche

Jeudi 8 juillet, le président du Département Maël de Calan s’est rendu au Guilvinec à la rencontre des acteurs de la filière pêche. Il était accompagné des vice-présidents Nathalie Carrot-Tanneau, maire de Treffiagat, et Stéphane Le Doaré, maire de Pont-l’Abbé.

Les élus se sont rendus à la criée peu après 5 h du matin, où ont débuté depuis septembre 2020 des travaux d’isolation et de refonte des installations frigorifiques portés par la Chambre de commerce et d’industrie métropolitaine Bretagne ouest, concessionnaire. Les travaux extérieurs portés par le Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille démarreront cet automne. Ils sont destinés à adapter les espaces aux besoins de l’activité, améliorer les conditions de travail et la prise en compte environnementale. Les élus ont ensuite échangé avec les acteurs de la filière pêche (CCIMBO, comité des pêches, représentants des métiers de la pêche et de la construction navale) sur leurs besoins et les enjeux liés au Brexit.

Le soutien réaffirmé du Département à la filière pêche

La visite du président du Département au Guilvinec, en juillet dernier, s’inscrit dans la volonté du nouvel exécutif départemental de faire de l’action économique du Finistère l’un des piliers de son action. Cette volonté se traduira notamment par l’investissement dans le développement d’infrastructures essentielles à la pêche.

Aujourd’hui, le soutien du Conseil départemental à la filière pêche se fait principalement par sa contribution au Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille (SMPPPC) auquel il a transféré sa compétence portuaire. Depuis le 1er janvier 2018, le Syndicat mixte est l’autorité portuaire des sept ports de pêche-plaisance de Cornouaille (Douarnenez (Rosmeur), Audierne, Saint-Guénolé - Penmarc’h, Le Guilvinec - Léchiagat, Lesconil, Loctudy - Ile-Tudy, Concarneau, partie pêche-plaisance). Le syndicat aménage, entretient et gère les ports dont il a la compétence. Le soutien du Département se fait à travers les contributions statutaires du syndicat (7,7 millions d'euros par an pour le Département, 1 million d'euros par an pour la Région, 700 000 euros par an pour les intercommunalités membres).

Le Département contribue au pilotage de la politique régionale de la pêche à travers son engagement au sein du groupement interportuaire « Pêche de Bretagne », instance de coopération régionale pour optimiser et développer le système des ports de pêche de Bretagne et valoriser la pêche bretonne. Il est également engagé dans le suivi du FEAMP (fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche).

Mots clés

Le Finistère, partenaire des Assises de la pêche et des produits de la mer

Les Assises de la pêche et des produits de la mer, principal rendez-vous annuel des décideurs publics et privés de la filière pêche (production, transformation et distribution), se tiendront les 18 et 19 novembre à Saint-Pol-de-Léon. Le Département du Finistère est partenaire de l’édition 2021 et sera présent à ce rendez-vous aux côtés des acteurs de la filière.

Pays de Centre Ouest Bretagne

Emploi et insertion

RSA : Objectif retour à l’emploi

Dans le pays du Centre-Ouest, comme dans toute la Bretagne, les questions de développement économique ont partie liée avec les questions d’accessibilité. De même, insertion et mobilité sont étroitement corrélées. C’est dans cet esprit que de nombreuses associations locales se mobilisent quotidiennement pour aider les personnes éloignées de l’emploi à trouver un travail.

Les problèmes de mobilité sont parfois identifiés comme un frein à l’emploi et à la formation, en particulier en Centre-Ouest Bretagne, territoire qui s’étend sur trois départements. C’est pourquoi plusieurs solutions de déplacement ont été présentées par des associations régionales dans le cadre de la Semaine européenne de la mobilité qui a eu lieu du 16 septembre au 8 octobre dernier.

L’association Wimoov a mis en place depuis octobre 2020 une plateforme mobilité qui aide les allocataires du RSA à trouver une solution de déplacement pour se rendre à leur travail ou à leur formation. Pour cela, les allocataires sont reçus, leurs besoins identifiés et ils sont ensuite redirigés vers une auto-école ou bien une solution de transports en commun adaptée. L’objectif étant de leur permettre d'être plus autonomes. L’association dispose également de quelques véhicules en location (vélos, vélos électriques et voitures) et développe un partenariat avec l’auto-école de Gourin.

L’association Mobil’emploi, basée à Quimper, intervient également dans le pays COB en mettant à disposition des solutions de transport collectif (navette à la demande) et des locations (voitures et scooters). L’objectif est également de permettre aux bénéficiaires de ce service de se déplacer de leur domicile à leur lieu de travail, de formation ou d’action collective d’insertion. Afin d’être mis en lien avec cette association, les bénéficiaires doivent faire appel à un organisme prescripteur qui adressera la demande de service à Mobil’emploi.