Tribune

LES CONSEILLER.E.S DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « FINISTÈRE ET SOLIDAIRES »

En 2021, gardons le cap

Le budget présenté par la Présidente du Conseil départemental pour 2021 a été adopté par les 29 conseillers départementaux des groupes Finistère & Solidaires et des Régionalistes. Un budget traduit la conduite à tenir pour une année. Les 25 conseillers départementaux qui n’ont pas adopté le budget, voteront ainsi la quasi-majorité des délibérations qui seront présentées au cours de l’année (95 % en 2020). Pour mémoire, dès 2015, le groupe de l’Alliance a indiqué qu’il présenterait « bientôt » un budget alternatif à celui présenté par la majorité. On l’attend toujours.

Au-delà des petites phrases et des effets de manche, ce qui est attendu, encore un peu plus dans la période d’incertitudes que nous traversons, c’est que les élu.e.s continuent, par leur action, à apporter des solutions qui dessinent l’avenir.

Ce budget va permettre au Département d’agir alors que les besoins de solidarité s’amplifient. Les effets de la crise sanitaire, économique et sociale sont loin d’être tous connus. Les décisions que nous appliquons depuis 2015 nous permettent d’aborder cette période avec détermination et lucidité.

N’en déplaise aux esprits chagrins, notre Département est repéré au niveau national par ses volontés d’innovation, pour ses facultés d’entreprendre et aussi grâce à un environnement que notre collectivité contribue largement à préserver. Ces qualités renforcent fortement les capacités d’attractivité du Finistère. Grâce à la volonté politique des élu.e.s et aux relations développées avec l’ensemble des partenaires, institutionnels, économiques et associatifs, les milliers d’agents du Département agissent au quotidien pour adapter les réponses aux besoins.

Par temps calme ou par mer agitée, dans ce Finistère cher à nos cœurs, notre ligne d’horizon est et restera celle des solidarités.

Contact

LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE »

2021 Pour un nouveau départ !

2021 est la dernière année d’un mandat poussif.

En janvier a été voté le dernier budget de la majorité socialiste et l’heure du bilan a sonné. Comme les années précédentes, le budget 2021 traduit une gestion au jour le jour et une absence de vision pour le Finistère. Cette absence de vision et de volontarisme a eu un impact très direct, au quotidien, sur les territoires.

Depuis 2015, de Département est en recul partout et auprès des Finistériens.

Le refus de la majorité départementale de réaliser des efforts de gestion l’a conduit à réduire le montant de ses investissements de 130 millions d’euros à 110 millions d’euros tous les ans. La Chambre régionale des comptes en 2017 avait alerté sur les efforts à réaliser pour maintenir l’effort d’investissement. Elle n’a jamais été écoutée.

Sans cap, la majorité a aussi sacrifié les relations avec les agents du Département qui sont pourtant essentiels à la mise en œuvre des actions au service des Finistériens, sur les routes, les CDAS, dans l’administration départementale… Pourtant, avec près d’un milliard d’euros de budget, le Conseil Départemental a la capacité d’agir. À l’inverse de l’actuelle Présidente, nous pensons qu’on peut faire bouger les choses au Département.

Et les chantiers ne manquent pas pour redonner de la crédibilité au Département, lui faire retrouver le bon sens et la proximité avec les Finistériens. Il devra demain être le fer de lance de la défense des intérêts Finistériens.

En 2021, il nous faudra redresser le Conseil Départemental pour qu’il puisse développer le Finistère.

Contact

LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « LES RÉGIONALISTES »

Face au jacobinisme parisien il est indispensable que la Bretagne gagne en autonomie

La mauvaise gestion de la crise sanitaire le démontre clairement.  La crise sanitaire sans précédent que nous vivons actuellement a particulièrement mis en exergue les défaillances de l’État central. Après la crise des masques et leur absence de disponibilité (mais en porter ne servait à rien, selon la porte-parole de l’époque du gouvernement…), l’échec des tests alors que des dizaines de pays démontraient l’efficacité de la mesure, la période de vaccination connaît aussi ses errements et ses ratées. En espérant qu’à l’heure où vous recevrez ce journal, les choses se seront améliorées. Dans cette série de difficultés, il apparaît clairement un besoin de décentralisation et d’autonomie pour les régions, pour plus d’efficacité. C’est le grand défi qui nous attend dans les mois à venir.  

Contact

  • Christian Troadec et Corinne Nicole
  • Strollad ar Rannvroelourien / Groupe les Régionalistes