Tout commence En Finistère

Développement durable

Finistère 360° engage une démarche RSE

Depuis le printemps dernier, l'agence Finistère 360° a engagé une démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) dans son fonctionnement pour contribuer aux enjeux du développement durable.

Alors que le monde connaît une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent, il devient urgent de transformer durablement la société. Aujourd'hui, de nombreuses entreprises et organisations en prennent conscience et intègrent à leur fonctionnement une démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). C'est le cas de l'agence Finistère 360°. Depuis sa création en 2018, elle œuvre pour une attractivité solidaire, innovante, respectueuse de l'environnement, au service des transitions.

«  Une démarche RSE nous oblige à aller encore plus loin dans nos pratiques afin de les améliorer de façon continue pour tendre vers les objectifs de développement durable», explique Harmony Roche, responsable transition territoriale au sein de l'agence.

Environnement, économie durable, aspect sociétal, gouvernance, volet territorial sont les cinq piliers sur lesquels est basée la démarche RSE.

« Tous les collaborateurs de l'agence ont été associés à la réflexion et le plan d'action qui a été mis en place est le résultat de leur travail», poursuit-elle.

Développer l'événementiel responsable en créant une grille de repères pour les organisateurs, agir sur la gestion des déchets, mettre en relation porteurs de projets innovants et institutionnels, sont quelques-uns des axes de travail.

«  Nous avons un rôle de valorisation de ces dynamiques au niveau du territoire », conclut Harmony Roche.

web

L'agence Finistère 360° développe la veille

Attractivité résidentielle, culture et patrimoines, transitions, santé, nautisme, outdoor, tourisme ou mobilités sont autant de thématiques sur lesquelles travaille l'agence Finistère 360°.

Depuis un peu plus d'un an, une quinzaine de collaborateurs de l'agence alimentent un outil de veille interne en étudiant chacun dans leur domaine, les tendances qui se dessinent, en mettant en avant les initiatives inspirantes issues du Finistère ou d'ailleurs, en analysant des informations fiables et vérifiées qui peuvent être stratégiques. Mais cette information n'est utile que si elle est partagée.

Depuis mars 2020, « 360° de veille », une newsletter hebdomadaire a été créée et envoyée par mail aux partenaires institutionnels, ambassadeurs TCF, offices de tourisme, EPCI*…

Depuis février, le grand public peut également accéder à ces informations, grâce à la nouvelle fonctionnalité du site Tout commence en Finistère : le portail « 360° de veille ». On y trouve des synthèses, des brèves, des études de l'agence et de ses partenaires, des podcasts, des vidéos avec la possibilité de s'abonner à la lettre d'informations.

Très utile à une période où il faut se réinventer pour survivre  !

*EPCI : Etablissement public de coopération intercommunale

Frédérique Tréguier

Passion algues

Frédérique Tréguier se passionne pour les algues. Elle a créé en 2018 la boutique en ligne « L’épicerie des algues » et propose des sorties sur l’estran.

Connaissez-vous la dulse ou la laitue de mer  ? Avez-vous déjà goûté un tartare d’algues ou un chili végétarien à la nori  ? Frédérique Tréguier, elle, a découvert le monde incroyable des algues par hasard, à la faveur d’une rencontre. « Une véritable révélation. J’ai découvert un produit naturel, sain, bourré d’oligo-éléments et de vitamines. La Bretagne en recèle plus de six-cents variétés », s’enthousiasme-t-elle. Fin 2018, après avoir été gérante d’un food-truck à Quimper, elle décide de changer d’activité et ouvre une boutique en ligne de produits cosmétiques et culinaires à base d’algues avec pour objectif de faire connaître ce produit dans toute la France. En 2019, elle complète son offre en organisant des randos gourmandes autour des algues sur l’estran à Concarneau et Mousterlin et des sorties algues/atelier cuisine.

Sa passion pour les algues, elle l'a partagée aussi en 2020 avec des ambassadeurs de la marque Tout commence en Finistère, dans le cadre de l'année thématique consacrée au bien-manger et aux algues en particulier. Le groupe de travail a, entre autres, réalisé un magnifique livret Plaisirs et saveurs des algues visible sur son site.

Marilyn Guillaume

L'humain, un levier de performance

Marilyn Guillaume dirige un cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines. Elle est également une ambassadrice engagée de la marque Tout commence en Finistère.

Marilyn Guillaume est arrivée en 2012 dans le Finistère. Après avoir travaillé pendant six ans comme experte en recrutement en tant que salariée, elle a créé en 2019  Gecko Conseils RH, un cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines.« Je propose d'accompagner les entreprises, particulièrement les TPE et PME dans leurs recrutements et dans leur politique de ressources humaines. Mon leitmotiv, c'est l'humain d'abord car c'est un formidable levier de performance. Il faut savoir fidéliser ses salariés, instaurer de la communication et créer de la cohésion avec son équipe», explique la cheffe d'entreprise. Alsacienne d'origine, Marilyn Guillaume n'imagine pas aujourd'hui aller vivre et travailler ailleurs. «  Ce que j'aime dans le Finistère c'est l'ancrage territorial des Finistériens, le travail en réseau très développé et l'importance du relationnel.» Ce goût pour les relations humaines l'a naturellement poussée à devenir ambassadrice de TCF et à s'investir au sein même de ce réseau. Ainsi, en ce début d'année, elle a animé un premier mini speed-meeting autour des ressources humaines. « Ces rendez-vous trimestriels permettent de fédérer des personnes qui sont dans le même domaine, l'objectif étant de créer du lien, des partenariats, dans un climat de bienveillance.»

Pays de Brest

Collège de Kerhallet

Des ordinateurs pour tous

Une opération réunissant la recyclerie Un Peu d'R, le Conseil départemental et Brest Métropole Habitat a permis à 200 élèves du collège brestois de Kerhallet de bénéficier d'ordinateurs à très bas prix.

La situation sanitaire et particulièrement le confinement du printemps ont mis en exergue une réalité au sein des établissements scolaires, celle de la fracture numérique. « On s'est rendu compte que beaucoup de familles n'avaient pas d'ordinateur à la maison. Il fallait donc trouver une solution», explique Mariannick Lautridou, principale du collège de Kerhallet dans le quartier de Bellevue à Brest. La réponse est venue de la recyclerie Un peu d'R qui récupère régulièrement des ordinateurs qu'elle reformate. Le 4 novembre dernier, 200 élèves accompagnés de leurs familles sont venus au collège pour prendre possession, à prix très minime d'un ordinateur équipé de logiciels de base. « Le prix maximum était de 50 euros, mais pouvait être moins important grâce à une prise en charge de Brest Métropole Habitat si la famille habitait dans le parc social. Le collège a aussi participé pour le reste à charge d'une cinquantaine de familles en très grande difficulté », précise la principale.

« On ne s'attendait pas à avoir autant de demandes. Mais les retours sont très positifs», souligne Souad Bouraya, adulte relais au sein de l'établissement qui a coordonné l'opération. Abir, élève de 3e apprécie : « Je n'avais pas d'ordinateur à la maison. Nous avons pu en acheter deux, un pour mon frère et un pour moi ». Ichrak, elle aussi en 3e, renchérit : « C'est indispensable d'avoir un ordinateur pour travailler. Je suis contente d'avoir pu en acheter un.» « Ce qui est également intéressant dans cette opération, c'est qu'elle a fait venir les familles au sein du collège et créé du lien au sein du quartier», conclut Mariannick Lautridou.

Sécuriser la route

La RD 770 fermée à la circulation pour huit mois

Le Département du Finistère a entrepris un vaste chantier de réaménagement de la RD770, axe très fréquenté qui relie Ploudaniel à Saint-Eloi.

Après la réalisation de deux ronds-points, nouvelle étape dès ce mois de mars et jusqu'en octobre prochain, avec des travaux entre les lieux-dits Kerneyen et l'Auberge-Neuve qui fermeront à la circulation ce tronçon de trois kilomètres. Deux itinéraires de déviation sont mis en place, l'un pour les véhicules légers, l'autre pour les poids-lourds. Les premiers devront emprunter dès la sortie de Ploudaniel, la RD25 en direction de Saint-Thonan puis suivre les panneaux de déviation pour rejoindre le giratoire de l'Auberge-Neuve nouvellement aménagé. Les poids lourds, eux, seront déviés par la RD788 et la RD59 en passant par Plabennec et Kersaint-Plabennec.

Pays de Morlaix

Collège de Lanmeur

Une nouvelle restauration

Depuis novembre 2019, les élèves et le personnel du collège des Quatre- Vents de Lanmeur bénéficient d’un nouvel espace de restauration.

Une ambiance feutrée loin du brouhaha d'autrefois, une salle de restauration avec plus de fenêtres et au milieu un salad'bar pour permettre à chaque élève de se servir lui-même les entrées et ainsi éviter le gaspillage, une cuisine flambant neuve avec marche en avant et matériels dernier cri comme cette machine à granule qui projette des petites billes dans les marmites pour faciliter le travail de plonge ou encore cette machine de bionettoyage à vapeur pour récurer les meubles de cuisine sans utiliser de produit… Bienvenue dans le nouvel espace de restauration du collège des Quatre-Vents de Lanmeur.

« Le restaurant datait de la création du collège, il y a trente ans et avait besoin d'une mise aux normes. C'est la raison pour laquelle le Conseil départemental a investi 2,3 millions d'euros afin de le restructurer entièrement. Les travaux ont duré un an de novembre 2018 à novembre 2019, mais ça valait vraiment le coup d'attendre », apprécie Orlane Kuligowski, la gestionnaire du collège.

Les 370 demi-pensionnaires et la quinzaine de membres de la communauté éducative sont ravis de ces changements. Le personnel de cuisine dirigé par André Yven l'est aussi. « La nouvelle configuration facilite grandement le travail des agent.e.s », reconnaît la gestionnaire.

Le seul bémol à cette réussite, c'est la situation sanitaire exceptionnelle. « Elle ne nous permet pas d'utiliser tout le potentiel de l'espace. Ainsi, nous n'utilisons pas le bar à salades pour éviter les contaminations. Vivement un retour à la normale », conclut-elle.

Commana

La seconde vie de l'ancien collège

En juin 2017, le collège de Commana a définitivement fermé ses portes. Jusque-là gérés par le Département, les locaux ont été restitués à la commune propriétaire.

À la suite de cette fermeture, la commune a décidé de rassembler sur le site les élèves de maternelles et élémentaires du groupe scolaire La Pierre Bleue et les enfants de l'école Diwan.

Cette reconversion du site nécessitait des travaux d'aménagement et de mise aux normes PMR* qui ont été financés à 50 % par le Département, dans le cadre du contrat de territoire. Le dispositif départemental de soutien aux communes pour leurs investissements scolaires concerne désormais la rénovation du bâti des classes bilingues français-breton du premier degré. Montant des subventions : 151 000 euros.

*PMR : personnes à mobilité réduite

Pays de Cornouaille

Ports de pêche de Cornouaille

Des travaux importants en 2021

Le Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille et son concessionnaire la CCIMBO (Chambre de commerce et d’industrie de Bretagne occidentale) ont présenté le programme 2021 des travaux sur les ports.

Au port du Guilvinec, la construction de l’extension de la criée de 250 m2 commencera à l’automne. Le montant total de l’opération de modernisation de la criée s’élève à 10,1 millions d'euros HT dont 4,2 millions d'euros HT concernent le gros œuvre porté par le Syndicat mixte et 5,9 millions d'euros HT de travaux portés par la CCIMBO. À Concarneau, les travaux de remise en état des sols de la criée et des magasins de marée démarreront début 2021. Le montant total de l’opération de restructuration et modernisation s’élève à 12,5 millions d'euros HT dont 7,750 millions d'euros HT pour le gros œuvre porté par le Syndicat mixte et 4,825 millions d'euros HT de travaux portés par la CCI.

Le Syndicat mixte procédera également en 2021 au dragage d’entretien du chenal d’Audierne et à la réfection du chemin de halage. À Loctudy-Île Tudy, il réalisera le désensablement du chenal et la réfection de la cale du port. Au Guilvinec, il remplacera également les équipements du quai du Faoutès et du quai de l’élévateur.

Voie verte Quimper Pluguffan

Une consultation publique

Le Conseil départemental du Finistère porte un projet de reconversion de l’ancienne voie ferrée Quimper-Pluguffan en voie verte. Sa mise en service est prévue en 2024. Une consultation publique vient juste d’être réalisée.

Le projet de voie verte sur l’ancienne voie ferrée Quimper -Pluguffan est un itinéraire de 9 kilomètres. Il débutera à Quimper, rue de Bournazel (à l’est du Cinéville), traversera les quartiers de Terre Noire, Kerlan Vihan et Prat ar Rouz, et desservira l’est de Pluguffan, avant de rejoindre la voie verte déjà existante entre Ty Lipig et Pont-L’Abbé. Soit un itinéraire global d’une vingtaine de kilomètres. Il sera à usage exclusif des circulations douces : piétons, personnes à mobilité réduite, cyclistes, utilisateurs d’engins de déplacement personnel non motorisés.

Une consultation publique a été organisée sur le sujet du 7 au 31 décembre 2020. Elle s’est déroulée à distance, à partir d’une présentation du projet accessible sur les sites internet du Conseil départemental, de Quimper Bretagne Occidentale, de la ville de Quimper et de la ville de Pluguffan, partenaires du projet. L’objectif de ce recueil de contributions était d’éclairer les collectivités quant aux choix à faire et aux éventuelles adaptations à mettre en œuvre. 99 courriels d’observations et de questions ont été adressés et deux échanges téléphoniques réalisés.

Le montant total du projet est de 2 960 000 euros HT. Lauréat de l’appel à projets national 2020 « Fonds mobilités actives – continuités cyclables », il sera subventionné à hauteur de 446 800 euros par l’État.

Pays de Centre Ouest Bretagne

Agriculture durable

Pâturer en toute sécurité

Anthony Cadiou, jeune éleveur en bio, a obtenu une aide du Conseil départemental dans le cadre de l'appel à projets 2020 « agriculture durable » pour installer une clôture permanente.

Anthony Cadiou est un jeune agriculteur avec de la suite dans les idées et surtout l'envie de défendre l’agriculture extensive et bio. Son exploitation de cinquante-trois hectares à Plouyé, installée le long de la D764 qui mène à Carhaix, en est le parfait reflet. « J'ai commencé à faire de l'élevage laitier comme le faisait mon père, puis je me suis diversifié en faisant de la vente directe de viande bovine. Aujourd'hui, j'élève aussi quelques cochons en plein air et j'ai créé un atelier volaille de chair avec trois poulaillers que je peux déplacer. De plus, toute la nourriture des animaux est produite sur place », explique le jeune éleveur.

Mais vouloir défendre ce modèle d'agriculture n'est pas toujours un long fleuve tranquille. «  Les banques sont souvent frileuses pour nous aider à financer nos projets », se désole l'agriculteur. Heureusement il peut compter sur des subventions et notamment celle du Département. Fin décembre, il a ainsi reçu la notification d'une aide de 6 000 euros accordée dans le cadre d'un appel à projets destinés à favoriser le développement des productions locales de qualité, lui permettant de financer la mise en place d'une clôture permanente sur son exploitation. « Je vais pouvoir clôturer 36 hectares de pâtures accessibles et sécuriser les abords de la D764. L'intérêt de ce type de clôture est sa longévité de plus d'une trentaine d’années. Cette subvention est vraiment essentielle, d'autant que c'est un investissement à long terme», apprécie le jeune éleveur.

La RN 164 à deux fois deux voies

Acte de fin de l’aménagement foncier

À l’été 2021, les premiers tronçons de la RN164 mise à deux fois deux voies sur une portion de 12,5 km entre Lennon et Châteauneuf-du-Faou devraient être ouverts à la circulation.

Pour limiter les impacts sur les propriétés et les exploitations agricoles, une vaste opération d'aménagement foncier agricole, forestier et environnemental initiée par le Département avait débuté en 2014. L'objectif était de réaliser des échanges de parcelles pour les regrouper et compenser la perte des terrains nécessaires aux emprises routières. L'opération s'est terminée en juin 2020 permettant ainsi à la quarantaine d'exploitants concernés de prendre possession de leurs nouveaux ilots de culture durant l'automne. Les parcelles cadastrales sont désormais au nombre de 1571 au lieu de 3437. Actuellement, des travaux  complémentaires consistent à créer des chemins et des accès à certaines parcelles qui ne sont plus accessibles par la RN164. C'est l'occasion aussi d'améliorer et de créer des itinéraires de randonnée.