jeunes

Brest Créativ Makers

Des jeunes sur le devant de la scène

En 2019, des jeunes de Bellevue et de Keredern à Brest avaient réalisé un court métrage. Accompagnés par la Mission Jeunesse du Conseil départemental, ils ont créé les badges qui valorisent cette expérience.

Moteur  ! Ryad, Ali et Abdel sont assis au pied de leur tour. Kaïla, une jeune punk vient à leur rencontre. Coupez  ! Scène suivante  ! En 2019, seize jeunes des quartiers de Keredern et de Bellevue à Brest ont participé à la réalisation d'un court métrage intitulé Tour 2, un projet porté par le patronage laïque de Lambézellec et la Maison pour tous de Bellevue, et encadré par le collectif La Rocade et Télévision générale brestoise (TGB). Pendant plusieurs mois, ces garçons et ces filles ont découvert l'univers du cinéma, appris à écrire un scénario, à être derrière ou devant la caméra, à monter un film…

Une expérience enrichissante

Mohad, Raphaël et Abdel, trois jeunes du quartier de Bellevue faisaient partie de l'aventure.

«  J'ai rejoint le projet car j'avais déjà participé à la réalisation d'un documentaire et j'avais vraiment aimé. Je voulais plutôt apprendre la technique et finalement je me suis retrouvé devant la caméra pour un petit rôle de méchant», s'amuse Mohad, presque 18 ans. Son copain Abdel, lui, n'est jamais aussi heureux que lorsqu'il joue, participant à des ateliers radiophoniques avec l'association Longueur d'ondes et répondant toujours présent lorsque des projets de ce type se présentent. « Ça m'a donné envie de faire un métier dans le spectacle. Grâce aux relations que j'ai eues sur le tournage, j'ai pu faire des stages à TGB et j'ai pu aussi changer de cursus scolaire car dans la filière que je suivais, j'étais en échec scolaire. L'an prochain, je vais intégrer une école de théâtre à Rennes», s'enthousiasme-t-il. Quant à Raphaël, il est arrivé au milieu de l'aventure et ne le regrette pas : cette expérience lui aura permis d'embrayer sur un service civique au sein de Longueur d'ondes.

Des compétences validées par des badges

Pour Katy Dolou, l'animatrice de la MPT de Bellevue, un tel projet est une véritable aubaine : «  Je connais ces jeunes depuis longtemps. Ils ont évolué, ils ont appris à avoir confiance en eux, leur vocabulaire s'est enrichi.» Il était donc important pour eux de pouvoir valoriser ces nouveaux acquis. Deux badges ont été créés, l'un pour leur engagement, l'autre pour valider les différentes compétences acquises (scénario, tournage, acting, logistique). « Ce travail autour des badges a fait l'objet d'un atelier, animé par la Mission Jeunesse du Conseil départemental, le réseau Information Jeunesse du Finistère, la MPT de Bellevue et le patronage laïque de Lambézellec », précise Katy Dolou.

La remise officielle de ces badges par les élus de Brest et du Département aura lieu bientôt aux Capucins.

Formation

Passe ton BAFA solidaire !

Les CEMEA (centres d'entraînement aux méthodes d'éducation active) ont conclu un partenariat avec le Département du Finistère et la Caisse d'allocations familiales 29 pour permettre de passer le BAFA à petit prix.

Le BAFA (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur) permet d'encadrer des enfants les mercredis, les vacances scolaires en ALSH* ou en centres de vacances, et en accueil péri-scolaire. Pour le passer, trois étapes sont nécessaires : une formation générale de huit jours, un stage pratique de quatorze jours et un approfondissement de six jours ou une qualification de huit jours.

«  Le coût total de la formation est d'environ 900 euros avec des aides possibles à postériori. Pour certains, ce coût financier est un frein. C'est la raison pour laquelle nous avons conclu un partenariat avec le Département du Finistère** et avec la CAF 29 pour accompagner des jeunes dans le cadre d'un BAFA solidaire», explique David Bellanger, directeur des CEMEA Bretagne.

«  Lorsqu'un jeune s'inscrit dans ce dispositif, nous signons avec lui une convention et l'accompagnons dès le départ pour l'aider à trouver une structure susceptible de l'accueillir en stage pratique rémunéré ou, à défaut, s'engageant à payer le stage d'approfondissement. À l'arrivée, avec les aides, le coût du BAFA n'est que de 50 euros », poursuit le directeur.

Ce dispositif est destiné à des jeunes Finistérien.ne.s de 17 à 28 ans non imposables (ou ses parents/tuteur.trice.s), dont le quotient familial est inférieur à 800 euros par mois. En 2019, vingt jeunes en ont bénéficié. Pour la période 2020-2021, ils seront quarante.

** ALSH : accueil de loisirs sans hébergement

** Pour 2020, la subvention du Département s'élève à 2050 euros

confinement

Les jeunes et la crise sanitaire

La démarche « paroles de jeunes », initiée par le Département il y a deux ans, permet à des jeunes de tous horizons de réfléchir aux sujets les concernant et faire des propositions aux élu.e.s du Conseil départemental.

Comment les jeunes ont-ils vécu les deux confinements  ? Quel impact la crise sanitaire a-t-elle eu sur leur vie quotidienne, sur leur logement, leur alimentation, la formation ou leur entrée dans la vie active  ?

De fin juillet à fin octobre, le Conseil départemental et les ambassadeurs de « paroles de jeunes » accompagnés par la Mission Jeunesse du Département ont proposé aux jeunes Finistériens de 13 à 30 ans de prendre la parole sur ces sujets : 500 témoignages ont été collectés, soit par un questionnaire en ligne ou sur papier, lors de rencontres à Morlaix, Brest, Quimper, ou encore par des enregistrements vocaux diffusés sur les ondes de Radio Evasion (il est toujours possible de le faire car l'opération a été prolongée jusqu'en avril. Contact : jfourel@free.fr).

Les avis recueillis lors de cette période font l'objet d'une publication rédigée avec les ambassadeurs de Paroles de jeunes eux-mêmes, présentée aux élu.e.s du Département dans le cadre de la séance plénière de janvier. Elle est disponible sur le site internet du Conseil départemental www.finistere.fr.

collèges Finistériens

pionniers dans la mise en œuvre des Agendas 21

L’Agenda 21 des collèges est un dispositif mis en place dans le Finistère depuis 2006, en même temps que la démarche globale d’Agenda 21 du Département. Il concerne tous les collèges publics et privés du territoire. Cette année, un nouvel appel à projets sera lancé pour inciter les collèges à s’engager.

En septembre 2020, trois collèges (Camille-Vallaux au Relecq Kerhuon, Val-d’Elorn à Sizun et Kerallan à Plouzané) ont échangé avec une élue du Département et des ambassadeurs de « parole de jeunes » sur les actions de développement durable et environnementales au collège et leurs idées pour protéger l’environnement. L’occasion de refaire le point sur cette démarche.

Depuis 2008, le Département propose aux collèges de s’engager dans une démarche globale de développement durable, au sein de leur établissement.

La plus emblématique des actions a été la mise en place du dispositif Agenda 21 des collèges et la labellisation des collèges engagés, avec un cahier des charges (élaboration d’une stratégie globale, projet fédérateur au sein de l’établissement porté par l’ensemble de la communauté éducative, responsabilisation des élèves avec des éco-délégués…). Le Département propose également depuis 2014 la possibilité de valoriser la qualité et la durée de la démarche avec l’obtention du label « Finistère collège durable ». Ce label récompense pour trois ans les collèges dont les Agendas 21, élaborés avec les élèves, sont parfaitement ancrés dans le fonctionnement de l’établissement.

Tous les collèges du Finistère, publics et privés, peuvent répondre aux appels à projets lancés tous les ans, en partenariat avec les services départementaux de l’Éducation nationale (DSDEN), et de l’Enseignement catholique (DDEC) et le CPIE (Centre permanent d’initiative pour l’environnement). À la clé, 4 000 euros maximum peuvent être sollicités pour un projet d’une période de 3-4 ans et 1 000 euros pour l’accompagnement. Dans les projets présentés, trois types d’actions dominent : environnementales (tri, recyclage, baisse de la consommation énergétique, comptage d’oiseaux, action de lutte contre le gaspillage alimentaire…), liées à la restauration scolaire ou encore des actions de solidarité. 

63 collèges engagés depuis 2008 et 7 labellisés « Finistère collège durable »

Depuis 2008, 63 établissements sur 109 se sont engagés dans cette démarche de développement durable, 37 publics et 26 privés. Aujourd’hui, 37 collèges (19 publics, 18 privés) ont des Agendas 21 actifs. Sept d’entre eux ont été labellisés « Finistère collège durable ».

En 2020, deux nouveaux collèges ont été labellisés (collège de la Baie du Kernic - Louis et Marie Fichez à Plouescat et Val-d’Élorn à Sizun) et six nouveaux collèges sont rentrés dans la démarche d’Agenda 21 (Edouard-Quéau à Ploudalmézeau, Croas-ar-Pennoc à Guilers, Jean-Marie-Le-Bris à Douarnenez, Henri-Le-Moal à Plozévet, Javouhey à Brest et Saint-Pierre à Briec).

Collège Henri-Le-Moal à Plozévet

Il s’est engagé dans un nouvel Agenda 21. Depuis juin 2019, quatre brebis et deux poules sont hébergées au sein du collège. Le collège s’est engagé dans une démarche de réduction de la consommation énergétique, avec comme objectif une réduction de 15 % en 4 ans.

Collège Edouard-Quéau à Ploudalmezeau

Il est engagé dans une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire depuis 2017. Des éco-délégués ont été élus et de nombreuses actions de sensibilisation au respect de l’environnement et à la préservation des ressources naturelles sont mises en place dans le collège.

Collège de la Baie du Kernic - Louis et Marie Fichez à Plouescat

Il s’est engagé quant à lui sur trois thématiques dans le cadre de son Agenda 21 : la gestion des déchets et les économies d’énergie avec le tri des déchets ; la création d’un jardin potager bio ; le mieux vivre ensemble, avec la lutte contre le harcèlement, la sensibilisation à l’usage des écrans et d’Internet.

Quiz

Réduire ses déchets

Trouvez la ou les bonne(s) réponse(s) parmi les propositions.