Tribune

LES CONSEILLER.E.S DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « FINISTÈRE ET SOLIDAIRES »

Une crise sanitaire, sociale et environnementale

La crise sanitaire que nous traversons est immédiatement devenue une crise sociale.

Durant la période de confinement, le Département a maintenu son action et mis en place des mesures exceptionnelles : assouplissement des modalités de recours aux aides d’urgence, ouverture de lieux d’accueil temporaires pour les jeunes confiés à l’aide sociale à l’enfance, prime accordée aux assistants familiaux, soutien financier exceptionnel aux services d’aide à domicile, maintien des subventions aux associations, participation à hauteur de 1,8 million d’euros au Fonds Covid-Résistance-Bretagne afin de soutenir les acteurs économiques, culturels, sportifs, touristiques, etc.

Le paiement du RSA a augmenté d’environ 10 % depuis le mois d’avril. Cette hausse, et plus globalement l’augmentation des besoins de solidarité, sera durable et aura bien sûr des impacts sur le budget départemental.

Cette crise doit amener à prendre des décisions nationales majeures concernant le vieillissement de la population ainsi que la pauvreté. Vieillir est une chance et la prise en charge de la dépendance une obligation. Tout comme l’est le fait d’accorder des ressources aux personnes en situation de précarité.

Faire face à une telle crise a nécessité une grande réactivité démontrant, une fois de plus, que la proximité d’action est la raison d’être des collectivités. Il est désormais plus que temps de donner aux Départements les moyens d’assumer totalement leurs missions de solidarité.

Par la surexploitation des milieux et ressources naturels, les origines de cette crise sanitaire sont liées à une économie écologiquement irresponsable. En proposant fin 2019 un rapport d’engagement sur l’environnement, le Groupe « Finistère & solidaires » engage le département dans la voie des transitions et des changements.

Contact

LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « ALLIANCE POUR LE FINISTÈRE »

Le Conseil départemental doit prendre part à l’effort de relance

Le Conseil départemental a abondé au fonds régional d’aides « Covid Résistance », mais il dispose d’autres leviers pour prendre part à l’effort de relance du pays. Par l’exercice direct de ses propres compétences, il peut déclencher un soutien puissant à l’activité économique qui est attendu par nombre d’entreprises qui travaillent pour lui ou pour ses satellites :

  • Sur les routes : le Département gère 3 500 km de voirie sur lesquels des chantiers sont programmés en 2020. Ces chantiers doivent reprendre pour éviter tout retard et éviter ainsi aux entreprises de connaître une baisse de leur plan de charge qui serait préjudiciable à l’emploi et à leur compétitivité.
  • Sur ses bâtiments : une stratégie de rationalisation et d’entretien du parc immobilier est engagée, il faut l’intensifier, notamment dans les collèges, afin qu’elle génère de l’activité économique.
  • Sur la production de logements sociaux : en soutenant Finistère Habitat afin qu’aucun chantier ne soit remis en cause et que ceux qui étaient programmés reprennent au plus vite. Le ministre du Logement a appelé récemment à une reprise rapide de tous les chantiers.
  • Sur le domaine agricole et la pêche : une attention particulière doit être portée aux situations de fragilité qui pourraient s’accroître alors que certaines productions ne trouvent pas de débouchés compte tenu de la baisse des volumes de consommation.
  • Sur le secteur du tourisme : en aidant l’agence Finistère360° à répondre efficacement aux attentes des professionnels donc l’activité est menacée.

Tous ces investissements sont indispensables au maintien de l’activité économique du Finistère.

Contact

LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX DU GROUPE « LES RÉGIONALISTES »

Jean-Marie Gustave Le Clézio, « Oser l’autonomie » !

La crise sanitaire vient de le démontrer d’une manière éclatante. La gestion de ce moment inédit et exceptionnel, de Paris, dans un État hypercentralisé, est un fiasco dont les répercussions vont se payer pendant de long mois et de longues années encore. De plus en plus d’observateurs admettent aujourd’hui, à l’instar du prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave le Clézio qu’il « faut oser l’autonomie de la Bretagne ». L’heure est venue en effet de rapprocher le lieu des décisions politiques, culturelles, économiques et pourquoi pas sanitaires des véritables territoires. La Bretagne doit avoir cette volonté et cette ambition.

Contact

  • Christian Troadec et Corinne Nicole
  • Strollad ar Rannvroelourien / Groupe les Régionalistes