Brezhoneg

Ur garta c’hrafek nevez e Departamant Penn ar Bed

Ur garta c’hrafek nevez zo bet votet gant dilennidi departamant Penn ar Bed, e penn kentañ miz C’hwevrer, evit reiñ muioc’h a blas d’ar brezhoneg dre skrid.

Ouzhpenn tregont vloaz zo e vez an departamant o sikour ar brezhoneg er skolioù hag er c’hevredigezhioù. Keit amzer zo e weler brezhoneg skrivet war ar panelloù war vord an hentoù. E 2015 e oa en em vodet dilennidi, servijoù ha kevredigezhioù an departamant evit prederiañ war politikerezh yezh Departamant Penn-ar-Bed. Daou vloaz goude e oa deuet er-maez ur brastres yezh evit departamant Penn ar Bed. E-touez ar c’hinnigoù e oa bet menneget an divyezhegezh c’hallek-brezhonek, dre skrid. D’an 3 a viz C’hwevrer diwezhañ e oa bet votet ar garta-se eta, ha ret eo da servijoù an Departamant doujañ ouzh ar reolennoù skrivañ-mañ hiviziken. Ger-stur Penn ar Bed, Fier d’être solidaire, zo deuet da vout « Kengred ha stad ennon » en hor yezh. Erell Coupier, e-karg deus ar brezhoneg e Penn ar Bed, a zispleg deomp peseurt mod e vo plantet hennezh e ostilhoù an dud a labour evit an departamant, da gentañ. En o fostelloù, gant o sinadur, war ar paper ofisiel a vo divyezhek an titloù, peotramant er gelaouenn ziabarzh, PlurielS he anv, e-lec’h ma vo troet meur a bennad ha krouet ur bajenn e brezhoneg. Ouzhpennet e vo ur vouezh vrezhonek er responter pellgomz ivez. Ar panelloù hag ar skritelligoù-dor e savadurioù an Departamant a vo troet ingal evit henchañ an dud e brezhoneg, pe vefe e ti ar c’huzul departamant, en tier skolaj, e Park an Arvorig pe en PMI (Protection Maternelle et Infantile) da skouer. An otoioù a vo brezhonekaet zoken ! Skrivet e vo ar bommoù brezhonek par ouzh ar re c’hallek ouzh ar panelloù, lakaet war ar chanteroù-sevel arc’hantaouet gant an Departamant. E-touesk pemp skritell bruderezh embannet er-maez (ouzh an arsavioù-bus da skouer),  unan  anezhe a vo e brezhoneg penn da benn. Diskouez muioc’h ha gwelloc’h ar brezhoneg a zo unan deus palioù ar garta nevez-mañ, gant ar reiñ c’hoant ober ar memes-tra d’ar strollegezhioù publik all. Met ar pezh a vo gwelet ar muiañ gant Yann sitoaian en departamant a zo ar pannelloù hent, a vo divyezhek an holl anezhe a-benn bremañ. Kroget eo ar servijoù teknikel da cheñch ar panelloù kozh war an 3 500 km hent a zo e Penn ar Bed. Abaoe 2017 n’eo ket stouet ken an anvioù-lec’h e brezhoneg warne, ha divyezhek e vo ar panelloù touristel gell-gwenn emeur o staliañ bremañ, war vord an hentoù bras (N12, N164 ha N165). Ouzhpenn bout treset brav gant Franck Goubet, lakaat a reont war-wel ar brezhoneg d’an holl vlenerien, tud ar vro e-giz touristed. Talvoudegezh a roont d’ar yezh, anavezet e-giz yezh ar vro e-kichen ar galleg, ur yezh evit an amzer da zont e Penn ar Bed.

Traduction

Une nouvelle charte graphique en Finistère

Depuis plus de trente ans, le Finistère soutient la langue bretonne dans les écoles ou les associations. Depuis le même temps, on peut lire du breton sur les panneaux de signalisation routière. En 2014, des ingénieurs du département se réunissent pour réfléchir à une nouvelle charte graphique, qui octroierait une plus grande place au breton écrit. Deux ans plus tard, un projet de bilinguisme écrit français-breton voit le jour pour le Finistère. Le 3 février dernier, cette charte est votée en conseil et les services du département doivent dorénavant respecter ces règles graphiques. La devise du département, Fier d’être solidaire, devient Kengred ha stad ennon. Erell Coupier, chargée de la langue bretonne en Finistère, nous explique comment celle-ci va s’implanter dans les outils des agents et élus dans un premier temps. Leurs courriels, leurs signatures électroniques ou encore l’entête de leur papier à lettre officiel devient bilingue. Plusieurs articles du magazine interne PlurielS seront également traduits en breton, et une page sera dédiée à la langue bretonne. Le répondeur téléphonique du département devient lui aussi bilingue. A l’intérieur des bâtiments du département, la signalétique sera intégralement traduite en breton, comme les écriteaux de porte, que ce soit dans le conseil en lui-même ou dans les collèges, le parc naturel d’Armorique ou encore dans les locaux de la PMI (Protection Maternelle et Infantile) de Brest par exemple. Même les véhicules du Finistère deviendront bilingues ! Les titres en breton des panneaux de chantiers financés par le département seront écrits de la même manière que les titres en français. En outre, les affiches publicitaires départementales, collées sur les arrêts de bus par exemple, contiendront 20 % de breton et une affiche sur cinq sera rédigée uniquement en cette langue. Le double objectif de cette nouvelle charte graphique est de montrer davantage le breton en Finistère en lui accordant plus de place à l’écrit, ainsi que de montrer l’exemple aux autres collectivités publiques. Mais ce sont vraisemblablement les panneaux de signalisation routière que les Finistériens verront le plus souvent. Les services techniques ont commencé à changer les anciens panneaux au bord des 3 500 km de route. Les noms de lieu en breton ne seront plus écrits en italique et les nouveaux panneaux touristiques des voies expresses (N12, N164, N165) de couleur marron seront tous bilingues. En plus d’avoir été bien conçus par Franck Goubet, ils mettent en lumière la langue bretonne auprès des automobilistes et lui donnent de la valeur. Langue de pays à côté du français, le breton est aussi une langue d’avenir pour le Finistère.

Mots clés

Une charte du bilinguisme a été mise en place par le Conseil départemental du Finistère au début du mois de février. Celle-ci va permettre de donner plus de visibilité à la langue bretonne.

langue bretonne

AL laboused zo distro / les oiseaux sont de retour

Ça y est, les oiseaux (al laboused, an evned) se sont remis à chanter (kanañ). C’est le printemps  ! (An nevez-amzer zo  !) Le rouge-gorge (ar boc’hruzig) mâle et femelle (par ha parez) était bien seul à siffler (c’hwitellat, sutellañ) cet hiver. Le merle (ar voualc’h) le suit de près, dès le mois de février (miz c’hwevrer). Généralement, seuls les mâles ont ce don (an donezon-mañ), et leur chant (o c’han) leur permet soit d’alerter (lakaat war evezh) les plus jeunes d’un danger, soit de séduire (debochañ, strobinellañ) une femelle. S’il est mélodieux (heson) et assez fort (kreñv awalc’h), celle-ci sera sûrement charmée (hoalet)  ! Car il faut faire vite (dav eo ober founnus) pour construire le nid (an neizh) et élever les petits (sevel ar re vihan) dans les temps. La belle saison (an amzer vrav) est éphémère (ne bad ket). Quel plaisir de voir s’activer merles et pigeons (dubeed, pichoned), une brindille (ur vleñchenn) dans le bec (ar beg), et se cacher dans les arbres (ar gwez) ou les haies (ar girzhier)  ! La chouette (ar gaouenn) préfère nicher dans des trous d’arbres (toull-gwez), alors que la mésange charbonnière (ar pennglaou) se plaît dans la faille (ar faout) d’un vieux mur (ur voger gozh). D’autres, comme l’alouette des champs (alc’houeder Sant-Per) nichent directement sur le sol, dans les prairies (ar pradoù).

C’est au printemps que les oiseaux ont le plus besoin (an ezhomm brasañ) de nourriture (boued). Ils apprécieront d’autant plus vos graines (greun) et miettes de pain (bruzhunoù bara). Il n’y a pas de mauvais restes (restajoù mat zo mat da gaout)  !