Action

Personnes en situation de handicap

5e schéma : Une vision globale et concertée

La volonté du Département est d’avoir une vision globale du handicap, d’être animateur et coordinateur de cette politique, pour impulser des dynamiques d’inclusion dans l’ensemble des sphères de la société. En plus des actions menées les autres années dans la construction du schéma, des concertations avec les grands partenaires institutionnels du handicap ont été conduites, pour voir dans quelle mesure ils adhéraient à la démarche et savoir s’ils étaient prêts à s’engager avec le Département. C’est une innovation dans la construction du schéma.

Quatre grands enjeux pour orienter le 5e schéma

  • Encourager le choix du lieu de vie : cet enjeu vise à offrir à la personne le choix des modalités de vie qui sont les plus conformes à son souhait, à son projet, notamment en diversifiant l’offre.
  • Apporter une réponse spécifique aux besoins de certains publics : les jeunes confiés à l’ASE, les jeunes adultes maintenus en IME, les personnes handicapées vieillissantes et les personnes souffrant de handicap psychique ne trouvent pas toujours de solutions dans la palette de dispositifs ou d’offres existants. L’objectif est de trouver des solutions avec l’ensemble des partenaires pour leur accompagnement.
  • Faciliter le parcours des personnes en situation de handicap : l’objectif est que chacun puisse construire sans ruptures son parcours de vie, conformément à ses attentes et à ses besoins. Il s’agit de faciliter notamment l’accès aux droits, l’accessibilité, la formation, la scolarité. 
  • Soutenir la citoyenneté des personnes en situation de handicap : il s’agit de trouver les moyens de s’organiser tous ensemble, acteurs institutionnels, associatifs et usagers, pour permettre aux personnes en situation de handicap d’exprimer leur citoyenneté (participation à la vie sociale, à la vie affective et sexuelle, la parentalité, la scolarité, le travail).
environnement

le Finistère, engagé pour l’environnement

Nathalie Sarrabezolles, Présidente du Conseil départemental, avait souhaité placer l’année 2019 sous le signe de la mobilisation sur les enjeux climatiques et environnementaux. Retour sur les temps forts de cette année, qui se traduira pour le Département par l’adoption d’un rapport d’engagement sur ces questions pour les années à venir.

Tou.te.s mobilisé.e.s en Finistère

Le Conseil départemental a donné rendez-vous tout au long de l’année aux Finistériens et Finistériennes, aux associations et aux collectivités, en étant à l’initiative et en se faisant l’écho des mobilisations de terrain, notamment des plus jeunes générations.

Chacun.e peut agir à son niveau, en adoptant des comportements plus respectueux de l’environnement. De nombreuses actions de ramassage de déchets ont été organisées, d’un plogging de ramassage des déchets à la Torche, qui a mobilisé près de 200 personnes, aux actions de ramassage initiées avec les collégiens à la rentrée de septembre, dans le secteur des monts d’Arrée et de la Baie de Morlaix. Les usagers de la route ont également été sensibilisés aux 200 tonnes retrouvées chaque année sur les bords des routes départementales. Plusieurs manifestations sportives, partenaires du Conseil départemental, ont pu notamment prendre l’initiative d’opérations de nettoyage avec l’aide de leurs bénévoles et en sensibilisant les compétiteurs et les spectateurs.

Le Finistère s’est montré souvent précurseur pour assurer la protection de ses espaces naturels remarquables, et le Département a souhaité mettre en avant les actions pionnières de ses partenaires en matière d’éducation à l’environnement. Les 60 ans de l’association Bretagne vivante, mobilisée pour la protection du milieu et de la faune halieutique, ont marqué à ce titre un temps fort de cette année. Tout comme le renouvellement du label de Grand site de France à la Pointe du Raz, qui le doit à l’engagement fort des acteurs du Cap Sizun dans la préservation de ce site emblématique du Finistère.

Le Département n’était pas en reste, et l’année a permis de renforcer l’information, l’innovation et les partenariats dans l’objectif de mieux protéger l’environnement et le cadre de vie : la communication autour du dispositif de covoiturage solidaire Ouestgo, le lancement d’un partenariat avec le bureau d’études CEREMA et l’UBO pour prévenir des risques de submersion marine, la promotion du vélo au travers de la 2e édition de la Transfinistérienne sur la voie verte Concarneau-Roscoff, la promotion de produits issus des circuits courts et bio dans la restauration collective, ou encore l’expérimentation d’enrobés à émulsion, moins énergivores, sur les routes départementales.

Prendre la mesure de l’urgence climatique, changer de braquet

Mieux informer, sensibiliser davantage la population était le premier objectif : le Département souhaitait aussi traduire des engagements plus forts sur ces questions.

La Conférence de l’environnement, organisée le 28 septembre au domaine de Menez Meur, en partenariat avec le Parc naturel régional d’Armorique, a constitué un temps fort de réflexions pour envisager les actions à renforcer ou les initiatives nouvelles à prendre pour les prochaines années. La parole des scientifiques a été entendue : Notre planète va mal. Le rapport du GIEC paru le 25 septembre 2019 le confirme. Les océans et la cryosphère sont bouleversés par le réchauffement climatique, le niveau des mers augmente de plus en plus, l'absorption croissante de CO² accélère l'acidification, la fonte des glaces de l'Arctique est de plus en plus marquée. Le rapport indique aussi qu'il est encore temps d'agir pour limiter les gaz à effet de serre.

Une invitation à agir individuellement et collectivement, et à « inventer un autre futur », en repensant la société autour des valeurs de partage, de solidarité et d'environnement, comme l’a rappelé lors de cette conférence, Rob Hopkins, créateur du Mouvement des territoires en transition.

Un message clairement entendu par les jeunes générations : des marches pour le climat à la contribution pour l’environnement des membres du groupe « paroles de jeunes » en Finistère.

Un appel à agir plus, également entendu par le Conseil départemental, qui adopte au cours de sa séance plénière de décembre, un rapport d’engagements sur le climat et l’environnement. Ce rapport vous sera présenté en détail dans la prochaine édition du Penn ar bed mais il est d’ores et déjà consultable sur le site www.finistere.fr.

Il est essentiel de sensibiliser tous les Finistérien.ne.s à l’urgence climatique, mais pour cela il faut des moyens. C'est dans un dialogue démocratique que cela devra se faire.(Nathalie Sarrabezolles, Présidente du Conseil départemental)

+ D’INFOS SUR

finistere.fr