Tout commence En Finistère

rade de brest

terre d'accueil des grandes courses nautiques

Brest, port des records, devient aussi un lieu incontournable pour les départs et les arrivées de grandes épreuves nautiques.

Ils avaient fière allure début novembre, les quatre Ultim, le long du quai Malbert à Brest. Ces géants des mers, avec à leur bord deux marins et un médiaman, participaient à Brest Atlantiques, une épreuve de 14 000 milles de Brest à Brest en passant par Rio et le Cap en Afrique du Sud. Le public ne s'y est pas trompé, venu par dizaines de milliers les admirer avant leur départ.

« Brest, de par sa position, est un port propice aux départs et aux arrivées de tours du monde. C'est aussi un écrin naturel exceptionnel avec sa rade, son goulet et son avant-goulet, idéal pour permettre aux spectateurs d'assister aux départs de course dans les meilleures conditions », s'enthousiasme Emmanuel Bachellerie, directeur de Brest Ultim Sailing. « Et puis ici, il y a une forte motivation des équipes de la Métropole. Dès le début du travail que nous avons effectué pour le Tour du monde, Brest avait présenté un très bon dossier », apprécie-t-il.

Cette épreuve marque un cap pour Brest qui compte bien ne pas en rester là. OC Sport Pen Duick a aussi choisi Brest pour le départ le 10 mai prochain de The Transat, la plus ancienne des courses transatlantiques en solitaire qui fêtera ses 60 ans.

Et en 2023, les Ultim reviendront pour Brest Océans, la course en solitaire autour du monde.

Du beau spectacle en perspective  !

jeux olympiques 2024

la torche candidate

De belles vagues régulières et fréquentes, un cadre exceptionnel, la pointe de la Torche a des atouts à faire valoir pour l'organisation des épreuves de surf aux JO de Paris 2024.

Portée par la Communauté de communes du Pays Bigouden Sud et co-construit avec les différents partenaires institutionnels, sportifs, économiques et environnementaux, la candidature met l'accent sur la dimension écologique du projet.

« Nous nous engageons à organiser une compétition qui aura zéro impact sur l'environnement avec des constructions éphémères, dans la mesure du possible réutilisables », expliquait Raynald Tanter, le président de la Communauté de communes lors de la présentation de la candidature début octobre.

Cette proposition fédératrice, responsable et engagée, a pour but de faire rayonner à l'international la Torche et le Finistère en général. Il faudra attendre mi-2020 pour connaître la décision. Hossegor-Seignosse-Cap Breton, Biarritz, Lacanau et Tahiti sont aussi en lice.

Le Comité de sélection des Jeux Olympiques de Paris vient de retenir la candidature de Tahiti, comme site d’accueil des épreuves de surf en 2024. La candidature de la Torche aura montré toutes les possibilités du site, la force de mobilisation du territoire et fait rayonner le surf breton au-delà de ses frontières.

Portrait d'ambassadeur

Optimiste 29, la mer en partage

L'association Optimiste 29 offre la possibilité à ceux qui en sont le plus éloignés de découvrir les joies de la navigation. Elle a reçu le trophée Mer solidaire de Tout commence en Finistère.

Dans la baie de Douarnenez, il n'est pas rare de croiser l'ancien fileyeur en bois de 19 mètres le Richard Marika. L'association Optimiste 29 Handi-Cap-Ouest l'a acquis au début des années 2000 pour un euro symbolique, et ses bénévoles l'ont aménagé pour accueillir des personnes à mobilité réduite ou en difficulté sociale. Ce sont ces mêmes bénévoles qui le font naviguer du printemps à l'automne pour des sorties de groupes ou lors de manifestations nautiques.

« L'objectif d'Optimiste 29 est de rendre la mer accessible à tous ceux qui en sont éloignés, personnes handicapées, âgées ou en difficultés sociales », explique Chantal Muller, la présidente.

Depuis 2010, l'association est également organisatrice de Distro en baie, un grand événement nautique solidaire se déroulant en mer et sur terre qui se déroule chaque année au mois de mai.

« Nous avons repris un concept qui existait déjà en rade de Brest et qui se poursuit toujours », souligne la présidente.

Pour la première édition, trois bateaux avaient embarqué 260 personnes. Le Richard Marika faisait bien sûr partie de l'aventure. En mai dernier, pour la neuvième édition, neuf bateaux tous bénévoles composaient la flottille qui a embarqué 1 200 personnes valides ou non valides. « Nous souhaitons favoriser au maximum la mixité sociale », insiste la responsable.

En 2020, Distro en baie fêtera ses dix ans, et pour l'occasion la manifestation se déroulera sur cinq jours, du 26 au 30 mai.

événement

150 ambassadeurs réunis à Plougastel-Daoulas

En 2017, ce devait être un évènement unique pour les cinq ans de la marque Tout commence en Finistère, mais trois ans après, devant le succès rencontré par le premier speed-meeting, la soirée des ambassadeurs est devenue un rendez-vous annuel attendu.

Près de 200 d'entre eux étaient réunis le 10 octobre dernier à Plougastel-Daoulas. Speed-meeting, showroom, tout était fait pour que les ambassadeurs puissent exposer, échanger et créer des synergies.

Placée sous le signe de la mer solidaire, la soirée a été l'occasion de remettre un trophée à l'association Optimiste29, de rencontrer les jeunes espoirs de la Team nautique, de découvrir la vidéo et le jeu d'éducation sur le sauvetage en mer réalisés dans le cadre de l'année thématique. Les participants ont pu aussi apprécier la bulle immersive ''l'expérience bleue'' et découvrir en avant-première la nouvelle identité sonore de la marque.

Pays de Brest

Tourbière de Langazel

40 ans de protection des zones humides

La zone humide de Langazel est la plus vieille tourbière de Bretagne. L'association qui la gère fête ses 40 ans.

Onze mille sept cent ans, c'est l'âge de la tourbière de Langazel, la plus ancienne de Bretagne. Située sur les communes de Trémaouézan, Ploudaniel et Plouédern, en tête de bassin-versant de l'Aber Wrac'h, elle couvre une superficie de 250 hectares dont 130 appartiennent au Département.

« Langazel est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique avec une biodiversité exceptionnelle », explique Vincent Le Viol, le permanent de l'association gestionnaire.

C'est en 1979 que celle-ci a vu le jour, créée par des agriculteurs et des habitants de Trémaouezan qui s'opposaient à un projet de décharge sur le site.

Depuis, grâce à l'association, mais aussi à la politique du Département en matière de préservation des espaces naturels, Langazel a obtenu un arrêté de biotope, puis une reconnaissance en zone Natura 2000. Aujourd'hui, l'association, animée par deux permanents et une quinzaine de bénévoles, gère la zone humide, l'entretient et sensibilise le public.

« Les tourbières ont un rôle essentiel car elles constituent des puits de CO2 indispensables pour réguler le climat. Il est donc absolument nécessaire de les préserver pour éviter que le CO2 retenu dans ces puits ne soit rejeté dans l'air », précise le biologiste.

solidarité

L'emploi maritime au cœur de la Touline

La solidarité des gens de mer n'est pas un vain mot. En 1989, alors que la marine de commerce est en crise, des officiers de la Marine marchande créent, à Brest, l'association La Touline pour venir en aide aux marins.

Aujourd'hui, reconnue d'utilité publique, elle est présente à Brest, Lorient, Nantes, Marseille et bientôt Boulogne-sur-Mer.

La Touline offre conseil et accompagnement individualisé pour aller vers l'emploi maritime. « C'est essentiel de prendre le temps de recevoir, d'entendre et d'écouter pour accompagner au mieux les personnes qui viennent nous voir », précise Anne Le Page, la directrice.

L'association mise aussi sur l'orientation pour agir en amont. Elle est également reconnue comme organisme de formation au titre de la VAE* et a pour mission de promouvoir les métiers de la mer**.

« La Touline est le référent unique pour les métiers de la mer, pour les bénéficiaires du RSA. Ainsi, nous avons une convention de trois ans avec le Département pour l'accompagnement de ces derniers », complète la directrice. En trente ans, La Touline a accompagné pas moins de 7 600 personnes.

*VAE : Validation des acquis d'expérience

**Tous les derniers vendredis de chaque mois, l'association propose des rencontres ''Explorimer'' ouvertes à tout public.

Pays de Morlaix

Accueil des personnes fragilisées

La Fondation de Plouescat voit grand

La Fondation de Plouescat vient d'inaugurer de nouveaux bâtiments et projette d'accueillir en 2020, une Maison d'assistantes maternelles.

« Vous déjeunez avec nous demain midi, Monsieur Feinte  ? » Olivier Feinte, le directeur de la Fondation de Plouescat, institution créée en 1893, acquiesce avec bienveillance. Ceux et celles qui l'interpellent sont des personnes handicapées vieillissantes. Depuis quelques mois, ils et elles ont intégré un nouveau bâtiment* en lieu et place de l'ancien qui datait de l'origine de la fondation. « Celle-ci dispose d'un EHPAD, de deux foyers de vie pour personnes handicapées, de deux unités Alzheimer et d'une unité spécialisée pour personnes handicapées vieillissantes. L'un des bâtiments n'était plus aux normes. Nous avons fait le choix de le remplacer par un nouveau, plus grand de 600 m² qui permet d'offrir de meilleures conditions d'accueil », précise le directeur.

Cette nouvelle aile dispose de belles chambres individuelles, de plusieurs salles à manger donnant sur des terrasses, mais aussi d'un espace Snoezelen, lieu de relaxation et de stimulation multisensorielle. À l’extérieur, le jardin a aussi été aménagé pour permettre l'accès à tous. Et en 2020, dans des locaux libérés par les travaux, la fondation accueillera une MAM**. « Les expériences d'échanges entre les tout-petits et les personnes âgées sont toujours concluantes et bénéfiques aux deux », conclut le directeur.

*Les travaux ont coûté 3,2 M€, dont 253 000 € de subventions du Département.

**MAM : Maison d'assistantes maternelles

Pays de Morlaix

La mobilité sans frein

Depuis trois ans, le Pays de Morlaix dispose d'une plate-forme de mobilité coordonnée par l'ART*. Objectif, faire en sorte que l'absence de moyen personnel de locomotion ne soit plus un frein à l'emploi.

Les travailleurs sociaux établissent d'abord un diagnostic avec les demandeurs d'emploi pour les orienter ensuite vers les services adaptés. La plateforme dispose d'un parc de voitures et de scooters à la location, fait du transport à la demande dans les situations urgentes ou du transport collectif, grâce à la présence de treize chauffeurs en parcours d’insertion. Elle propose aussi des apprentissages au Code de la route, de la conduite supervisée en lien avec les auto-écoles pour aider des personnes en situation d'échec qui souhaitent passer leur permis. Elle soutient également financièrement les demandeurs d'emploi via un microcrédit leur permettant de financer des projets liés à la mobilité.

« Mais notre premier réflexe est de privilégier le covoiturage solidaire en allant sur le site OuestGo.fr**. Nous appliquons aussi cette forme de mobilité durable par le partage à nos propres véhicules », précise Christophe Letuppe, le directeur de l'ART.

*ART : Association Recherche Travail

** Voir article "Promouvoir l'insertion par l'activité économique" du dossier

Pays de Cornouaille

Accueil des personnes âgées

Un nouvel ehpad de 141 places à Quimper

Le 23 octobre dernier avait lieu la pose de la première pierre d’un nouvel Ehpad quimpérois, rue de Vendée.

Celui-ci remplacera à partir d’avril 2022 les Ehpad des Bruyères et des Magnolias, avec le même nombre de places (141). La résidence sera divisée en quatre niveaux, avec une salle à manger par niveau. Une unité Alzheimer de deux fois 15 places sera située au 1er étage et trois places en hébergement temporaire seront disponibles. Autre innovation, technique cette fois, chaque chambre sera couverte par un rail, facilitant le déplacement debout qui couvrira l’intégralité de la pièce dont la salle de bains. Le budget global du projet atteint 15,7 M€, dont une participation du département d’1,7 M€.

Pôle audiovisuel de Douarnenez-Cornouaille

Le Pôl.e officiellement inauguré

Un an après son installation terre-plein du port à Douarnenez, le Pôle audiovisuel Douarnenez-Cornouaille (Pôl.e) a été officiel-lement inauguré le 19 septembre dernier.

« C’était vraiment un grand moment, assure la réalisatrice Anne Gouerou, l’un des membres actifs du collectif. Plus de 200 personnes sont venues pour cette journée portes ouvertes, où nous avons notamment coorganisé une après-midi autour des innovations technologiques dans l’audiovisuel avec la Technopole Quimper-Cornouaille, mais aussi des ateliers et la projection d’une version restaurée du film Plogoff, des pierres contre des fusils, de Nicole et Félix Le Garrec, dont le distributeur Next Film est adhérent au pôle. »

Une coopération envisagée avec Falmouth

Afin de définir son modèle, le pôle est engagé depuis un an dans une étude-action, financée par le fonds européen Leader, conforté par un soutien de la Région et du Pays de Cornouaille. Depuis le début de cette étude qui doit se terminer en septembre 2020, le noyau actif des quelque 70 adhérents multiplie les initiatives pour créer une dynamique autour du pôle. En avril dernier, une délégation de professionnels du cinéma et d’universitaire de Falmouth (Douarnenez est jumelée avec la ville de Cornouailles britanniques) est notamment venue rencontrer les membres du pôle. La question des langues régionales, les possibilités de partenariat, de coopération sur la formation (Falmouth possède une université avec un département cinéma) ou de coproductions ont pu être évoquées. « Avant juin, nous envisageons qu’une délégation du pôle aille aussi à Falmouth », ajoute Fred Prémel, producteur engagé au sein du pôle. Affaire à suivre.

Pays de Centre Ouest Bretagne

équipement sportif

Un BMX Park inauguré à Kergloff

Le 8 octobre dernier était inauguré à Kergloff, dans la communauté de communes du Poher, un bel équipement pour les amateurs de vélo sportif. Un BMX Park de 2 500 m² est dorénavant accessible aux amateurs de deux roues.

Depuis la mi-juillet, les amateurs de VTT et de BMX de Kergloff et ses alentours bénéficient d’un tout nouveau circuit de bosses. Le « BMX Park », officiellement inauguré le 8 octobre, a été implanté dans le prolongement de l’aire sportive et de loisirs de la commune, aménagée en 2013. Il est situé dans l’agglomération, à proximité de l’école, de la salle polyvalente et de la mairie, mais aussi de nouveaux lotissements communaux. Une proximité qui permet à tous les amateurs de vélo et de BMX, à partir de 6 ans, de pratiquer leur sport en toute sécurité, à l’écart de la circulation automobile.

Un équipement pour tous les âges

Le BMX Park se compose d’un circuit bosselé formant une boucle de 175 mètres de long pour 3 mètres  de large, sur une surface totale (abords compris) de 2 500 m2. Un chemin de ronde d’une largeur d'un mètre a été aménagé autour du circuit pour que les plus jeunes puissent aussi s’entraîner. Les plus aguerris profitent eux d’une plateforme de départ en bois d'un mètre de hauteur, équipée d’une double rampe permettant d’enchaîner les tours de circuit sans mettre le pied à terre. Cet espace est entièrement sécurisé pour la pratique.

Un partenariat avec la Fédération française de cyclisme

Une installation qui a coûté 90 000 euros, dont près de 19 000 euros alloués par le Département dans le cadre du contrat de territoire. L’autofinancement du projet par la commune représente près de 50 % de l’investissement, soit 44 000 euros.

Un partenariat avec la Fédération française de cyclisme a par ailleurs permis à la commune de bénéficier d’un modèle « clés en mains » (fourniture des plans, mise en relation avec un référent technique de la fédération, assistance dans le suivi des travaux…). Ce partenariat, ainsi que le respect du cahier des charges élaboré par la fédération, garantit la qualité de l’équipement et la sécurité des utilisateurs. Un équipement qui semble bien apprécié des jeunes pratiquants, qui ont déjà fait leur cet équipement flambant neuf.