Tout commence En Finistère

fêtes de fin d'année

Vivre Noël en Finistère

L'esprit de Noël  ! D'ici quelques semaines, il viendra illuminer notre quotidien. Pour célébrer cette tradition, Tout commence en Finistère lance une opération « Noël en Finistère », point de départ de sa thématique 2020 autour du « Bien manger ».

Sur son site Internet, vous pourrez découvrir des expériences de courts séjours pour vivre Noël en Finistère, des idées cadeaux, portraits de restaurateurs, producteurs, artisans autour de l'art culinaire et l'art de la table...

Nolwenn Le Lay

quand couleur et verre ne font qu'un

Nolwenn Le Lay, coloriste, façonne le verre. Tout commence en Finistère lui a demandé de créer des fèves collector pour les galettes des rois.

L'univers de Nolwenn Le Lay est fait de verre et de couleur. Il est aussi pop et acidulé. Son atelier boutique au cœur de Quimper présente des pièces uniques. Les bijoux côtoient ses fameuses bigoudènes pop… On y trouve aussi des affiches colorées qui mettent en valeur le Finistère. Elle imagine et réalise également à la demande des trophées d'entreprises ou des plaques funéraires. Sa seule limite, son imagination. « J'aime les challenges », reconnaît-elle.

Parmi les grands défis relevés, la réalisation, en partenariat avec Josselin Chrétien, styliste de Quimper, de deux robes en verre. Magnifique  !

En cette fin d'année, Tout commence en Finistère a décidé de créer des fèves collector que l'on retrouvera dans les galettes des rois de quinze boulangers finistériens. Séduite par le travail de l'artiste, la marque s'est tout naturellement tournée vers cette ambassadrice pour les créer. Trente chanceux-euses découvriront une fève en verre irisé bleu et noir.

Miss Terre de l'Ouest

Une céramiste marquée par le tempérament et la douceur du Finistère

Chaque jour depuis 26 ans, Mimi Caroff, alias Miss Terre de l'Ouest, céramiste installée à Douarnenez, s'émerveille devant la beauté du Finistère, ses lumières changeantes, les couleurs entre bleu et vert de la mer et du ciel.

« Mon environnement est une véritable source d'inspiration pour créer mes céramiques. Il faut prendre son temps, s'ancrer, s'asseoir et regarder. Tout est autour de nous. On a beaucoup de chance de vivre ici  ! » s'enthousiasme-t-elle.

Lorsque l'on pousse la porte de son atelier boutique, on ressent immédiatement le tempérament et la douceur du Finistère au travers de ses créations.

« J'aime réaliser des objets qui ont une utilité dans notre vie quotidienne », précise la céramiste. Les assiettes, les bols ou tasses en terre de grès, côtoient de la vaisselle décorative en porcelaine pour aménager une belle table.

Cet amour du Finistère l'a tout naturellement amenée à devenir ambassadrice de Tout Commence en Finistère. « C'est une marque sincère qui s'engage vraiment à nos côtés », conclut-elle.

Pays de Brest

RD 770

l'axe Ploudaniel- Saint-éloi se sécurise

D'importants travaux vont être entrepris sur la RD 770 qui relie Ploudaniel à Saint-Éloi pour sécuriser cet axe très fréquenté.

Lorsque l'on s'engage en voiture sur la RD 770 en direction de Ploudaniel, un panneau avertit les conducteurs : en 2018, il y a eu 18 accidents, 13 blessés et 5 morts. Un appel à la prudence  !

Chaque jour près de 13 500 véhicules, dont 1 500 camions, empruntent la RD 770 reliant le Pays de Lesneven à l'agglomération de Landerneau. Le Conseil départemental, qui a fait de la sécurité sur les routes une priorité, a décidé d'investir 12,1 millions d'euros pour sécuriser et fluidifier cet axe particulièrement accidentogène et faciliter l'accessibilité à la RN12.

Le chantier qui débute cet automne devrait durer jusqu'en 2022. Il prévoit une reprise du tracé avec une rectification des virages pour améliorer les conditions de visibilité, l'aménagement de deux carrefours giratoires à Kerfelgar et à l'Auberge-neuve ainsi que d'un tourne-à-gauche, mais également la création de voies de désenclavement : celles-ci permettront de supprimer les accès directs à la route et de raccorder les habitations et les champs aux carrefours giratoires existants ou créés. Parallèlement à ce chantier, s'ajoutent les travaux pour le déplacement des réseaux (eaux potables, eaux usées, électricité, téléphonie…) et la réalisation de deux ouvrages hydrauliques.

Mots clés

En savoir +

Retrouvez toutes les informations concernant les travaux routiers et les déviations mises en place pour chaque chantier sur Inforoute29 sur le site du Département (www.finistere.fr) ou sur Twitter

RD 26

un giratoire au lieu-dit les-Trois-Curés

Le Conseil départemental vient d'engager des travaux de sécurisation des RD 26 et RD 38 en aménageant un giratoire au lieu-dit Les-trois-curés, sur les communes de Milizac-Guipronvel, Bourg-blanc, Coat Méal pour un montant de 600 000 €. Cet axe Ploudalmézeau – Brest voit passer chaque jour près de 6 000 véhicules.

Les travaux sont prévus jusqu'au 21 décembre et entraînent depuis fin septembre la fermeture de la RD 38 (axe Milizac – Bourg-blanc). La RD 26 sera quant à elle barrée dans les deux sens du 4 novembre au 21 décembre. Des travaux de finition seront réalisés courant janvier (circulation alternée) sur la RD 26, et la RD38 sera de nouveau fermée pendant trois semaines.

Pour limiter les désagréments au maximum, des itinéraires de déviation ont été mis en place.

Mots clés

En savoir +

Retrouvez toutes les informations concernant les travaux routiers et les déviations mises en place pour chaque chantier sur Inforoute29 sur le site du Département (www.finistere.fr) ou sur Twitter

Pays de Morlaix

équipement culturel

Bienvenue à la médiathèque !

Depuis quelques mois, la bibliothèque de Bodilis a laissé la place à une médiathèque attractive.

À l'entrée de l'espace enfant, un grand oiseau de métal invite les petits à fouiller dans les bacs. À l'autre bout, les adultes ont à leur disposition un petit salon où ils peuvent déguster un café tout en lisant un livre ou une revue. À l'accueil, des jeux de société prêtés par la médiathèque de Lampaul-Guimiliau invitent à un moment convivial en famille.

Depuis quelques mois la jolie bourgade de Bodilis dispose d'une médiathèque entièrement rénovée et mise aux normes PMR (personnes à mobilité réduite).

« Nous avons désormais un bel équipement de 131 m² avec 7 800 ouvrages et surtout des espaces dédiés pour chacun avec un temps d'ouverture plus important », apprécient Marie Hélène Le Goff et Mado Charlou, coprésidentes de l'association Lecture pour tous gestionnaire de la médiathèque municipale.

Pour aménager l'intérieur de ce nouvel équipement, les bénévoles de l'association ont pu compter sur le soutien de la commune de Bodilis, mais aussi du Département qui a octroyé une subvention de 22 500 €.

« La BDF*, service du Conseil départemental, nous a conseillées pour l'aménagement intérieur. Nous bénéficions aussi régulièrement de formations. C'est une aide précieuse pour nous », concluent les deux responsables.

*BDF : Bibliothèque départementale du Finistère.

Mots clés

CONTACT

bibliotheque.bodilis@wanadoo.fr

Horaires

  • Mardi de 16h à 18h.
  • Mercredi de 14h à 16h.
  • Samedi de 10h à 12h.
  • Dimanche de 10h à 12h.
  • Tous les mardis, de 11h à 12h, utilisation par l'école.
Les Moyens du Bord

salon artistique

Sérigraphies, gravures, linogravures, eaux-fortes, estampes, livres d'artiste… l'association morlaisienne Les Moyens du bord, installée à la Manu s'est donnée pour mission de valoriser la petite édition d'artiste. Les 9 et 10 novembre au pôle culturel du Roudour et en différents lieux de la ville, elle organise Multiples, un salon consacré à ces pratiques artistiques.

Pendant deux jours, le public pourra aller à la rencontre de 70 artistes, participer à des ateliers de reliure, typographie, linogravure…, assister à des rencontres, découvrir des expositions comme celle de Thierry Le Saëc et des éditions de La Canopée, bref, s'immerger dans un monde où le beau se marie à l'originalité, sur fond de petites séries.

En préambule de ce temps fort, le 8 novembre, l'association propose avec le soutien de la Bibliothèque départementale de Sainte-Sève une journée professionnelle autour du livre d'artiste.

« Ce partenariat est en place depuis deux ans et nous permet de proposer tout au long de l'année des expositions originales aux médiathèques du territoire grâce à notre artothèque », apprécie Fanny Kerrien de l'association.

Pays de Cornouaille

au guilvinec et à Concarneau

les criées font peau neuve

Les ports de Cornouaille jouent un rôle majeur dans le développement du territoire. Les criées, au nombre de six, en sont un maillon essentiel, entre l’amont et l’aval de la filière pêche. La modernisation et la restructuration des criées du Guilvinec et de Concarneau présentent à ce titre un enjeu économique fort. Ces opérations sont portées, d’une part, par la CCIMBO pour la redéfinition et l’optimisation des process, d’autre part, par le syndicat mixte Pêche et plaisance de Cornouaille pour l’adaptation des locaux à ces process et leur modernisation. Au total, 12 millions d’euros HT seront investis à Concarneau et près de 10 millions d’euros HT au Guilvinec. Des aides importantes sont attendues de la part de la Région Bretagne, notamment liées aux conditions de transfert en 2017 du port de Concarneau du Département du Finistère à la Région, et de la part du FEAMP. Les travaux sont prévus sur quatre ans et débuteront en 2020.

commerce de proximité

bienvenue au barmad

Depuis décembre 2018, la petite commune de Gourlizon, dans le Haut Pays bigouden, a de nouveau un commerce de proximité.

Le bâtiment est flambant neuf. Immanquable depuis la route départementale, qui traverse la petite commune de Gourlizon. Ici de 7h30 à 20h en semaine, et jusqu’à 1h les vendredi et samedi soir, Stéphanie et Gildas Rolland font revivre ce lieu de lien social et de convivialité : le Barmad. Café, bar, épicerie, dépôt de pain, restaurant ouvrier, le couple assure toute la semaine, avec pour seul jour de relâche, le lundi. 

« Il n’y avait plus de commerce de proximité ici depuis 5 ans. Pendant 25 ans, les parents de Gildas ont tenu un bar, épicerie, dépôt de pain, avec une petite restauration et qui faisait même hôtel. Ils ont fermé en 2001 et Gildas n’avait pas les moyens de reprendre. Les derniers propriétaires ont fermé car ce n’était pas  assez rentable », explique Stéphanie.

Une vingtaine de couverts par jour

Lorsque la communauté de communes a monté ce projet de création d’un nouveau commerce, avec l’aide de l’État, de la Région, du Département et de la commune, le couple a postulé. Ils louent depuis le 26 décembre 2018 les locaux, à un prix modéré, pour la première année d’exercice. « Par rapport au prévisionnel, on est bien », affirme Gildas, qui se met aux fourneaux, tous les midis pour un plat du jour unique, et le week-end pour la confection de burgers à manger sur place ou à emporter. Ils servent une vingtaine de couverts en moyenne, des habitants, des habitués ou des ouvriers travaillant dans le coin. Mais le bar, comme la décoration le laisse supposer accueille aussi régulièrement des groupes de motards, «   Stéphanie est présidente des Real Bikes », un club de motos anciennes, et les joueurs du GSA (Gourlizon sports association), le club de foot local.

« On aimait venir chez ses parents déjà ! »

« On connaît tout le monde ici », sourit Gildas, natif de Gourlizon, qui travaillait déjà au bar de ses parents. Abel, ancien chauffeur de l’entreprise de cars Pliquet, qui avait son antenne juste en face, est venu prendre un café. « Je ne travaille plus ici mais je viens en pèlerinage ! Je trouve ça génial. C’est très bien pour des petites communes. Et puis je connais bien ceux qui tiennent ça. On aimait venir chez ses parents déjà ! »

Quelques habitants passent chercher du pain, quelques tranches de jambon, ou des légumes « que l’on essaye de proposer le plus local possible, chez un maraîcher bio du Juch. Le steak aussi vient de la ferme de Kerdroual, à Gourlizon, quand on peut. Je fais du pâté maison aussi », précise Gildas. 

Quand l’heure de midi approche, quelques personnes viennent commander un verre au bar, un groupe d’ouvriers en habit de travail prend sa pause déjeuner. D’autres s’installent sur la terrasse. Ce jour-là, il y a de la macédoine et du jambon, du rôti de bœuf sauce au poivre, des frites et de la glace, au menu. Gildas, qui a une formation de cuisinier, œuvre à la préparation des repas, pendant que Stéphanie est au service. 

Aux murs, des photos de l’équipe locale, des enseignes en métal à l’effigie de marques de motos et un juke box. «   Et il marche ! précise Gildas. Il était chez mes parents déjà. On l’a retapé et on y passe des 45 tours » de Johnny, Led Zeppelin ou encore des Stones. De quoi animer les soirées, qui peuvent se prolonger, notamment les dimanches d’après-match… 

Musique

Un concert de Renan Luce au Pavillon le 2 novembre

Mille et un Petit Prince est une association de proximité qui agit pour soutenir les projets du service de pédiatrie de l’hôpital de Cornouaille.  Elle a été créée au mois de Septembre 2017, à l’initiative des parents et des proches d’un petit ange envolé à l’âge de 7 ans, d’une maladie neurodégénérative. Dans le but de récolter des fonds pour mener à bien nos projets dans le service pédiatrique de l’hôpital de Cornouaille à Quimper, l’association organise le concert de Renan Luce au Pavillon le 2 novembre 2019.

<span style="mso-ascii-font-family: Calibri; mso-hansi-font-family: Calibri;">Renan Luce 2019, ce sont onze chansons jaillies durant trois années où se sont entrechoqués les tourments du cœur et les élans de la musique. Son 4e album dévoile ainsi un journal intime om il se livre tout entier avec ses doutes, ses creux et ses renaissances. L’artisan des mots tendres, nostalgiques ou «  mélancoliques  » a élaboré une bande son vertigineuse, celle d’un chapitre de son grand livre de l’amour.</span>

Les orchestrations (cordes, bois, vents, harpe...) font écho aux arrangements des années 60 des albums de Bécaud, Bourvil, Brel...

Réalisé par Marlon B. (Juliette Armanet, Hugh Coltman...) et arrangé par Romain Trouillet.

Pays de Centre Ouest Bretagne

enseignement

L'école bilingue, un atout pour Saint-Rivoal

L'école bilingue de Saint-Rivoal, maillon essentiel du village, a bénéficié d'une cure de jouvence.

C'est jour de rentrée pour les 33 élèves de l'école bilingue breton/français de Saint-Rivoal, petite commune singulière et dynamique de 189 âmes, nichée au cœur des monts d'Arrée. Ici l'école est une véritable institution intimement liée à l'histoire du village. En 1983, pour éviter sa fermeture, elle devient la première école bilingue publique.

« Le bilinguisme a vraiment permis de conserver l'école et de faire venir au fil des ans des familles avec des jeunes enfants », se réjouit Yves-Claude Guillou, le maire de la commune.

Aujourd'hui, les enfants accueillis viennent de Saint-Rivoal, Brasparts, Lopérec, Sizun, Commana, attirés par l'enseignement du breton, mais aussi certainement par la réputation d'une commune qui a mis l'écologie au centre de ses préoccupations.

« À l'école, les repas de la cantine sont préparés sur place, le plus possible en bio et local. C'est une chance et c'est attractif. En effet, les parents qui se renseignent sur l'école sont soucieux de cela », confirme Hélène Guivarc'h, la directrice.

Ils sont aussi séduits par la rénovation dont l'école a fait l'objet : création d'une classe au rez-de-chaussée et d'une extension en ossature bois pour la cantine, installation d'une chaudière à granulés bois, création d'un nouveau préau, d'une cuisine fonctionnelle, ravalement de façade…

Ces travaux d'un montant de 427 000 € ont reçu une subvention de 103 500 € du Département. Dans le cadre de son schéma en faveur de la langue bretonne 2016-2021, le Conseil départemental aide en effet les communes pour la construction et la réhabilitation des classes bilingues.

2e édition du festival de la photo animalière

La faune en vedette à Brasparts

La deuxième édition du Festival de la photographie animalière aura lieu les 2 et 3 novembre prochains, à Brasparts. Quinze photographes, ainsi que deux jeunes talents présenteront leurs œuvres et répondront aux questions du public. En soirée, le samedi, à la salle communale de Brasparts, un diaporama commenté de leur travail sera proposé. Durant ces deux jours, les animateurs de Ti menez Are, l’association ADDES de Botmeur, Volée de piafs (Centre de sauvegarde de la faune sauvage) et la station de Ligue de protection des oiseaux de l’île Grande proposeront aux petits et aux grands des randonnées contées, des balades de découvertes, des ateliers de création de mobile d’oiseau, des conférences…