Europe projets

animations

à la découverte de l’Europe

Le projet « Prochain arrêt : l’Europe », porté par l’association Gwennili, a été retenu par le Département du Finistère et la Ville de Brest, à l'issue d'un appel à projets lancé pour encourager la création d’actions innovantes et l’ouverture à l’Europe. Présentation de cet événement qui a eu lieu le 22 mai, à la MPT de Penhars, à Quimper.

L’association Gwennili, basée à Quimper, travaille depuis 20 ans autour de la mobilité des jeunes. Elle organise des séjours interculturels et accompagne des volontaires souhaitant partir dans d'autres pays européens. « Depuis 2017, nous accueillons également des jeunes étrangers en France, comme Barbara, venue de Hongrie, ou Ema, de Croatie », explique Maria Molis, coordinatrice au sein de l’association. Cette année, cinq jeunes sont accueillis en service volontaire

européen (SVE) dans des structures du sud Finistère : l’Ulamir du Goyen, le CCAS de Plonéour-Lanvern, le Likès, l’Esat de Briec et la MPT de Penhars. Tous les vendredis, les cinq volontaires européens accompagnés par Gwennili se retrouvent dans les locaux de l’association, pour partager leurs expériences.

Après avoir déjà organisé un événement sur le thème de l’Europe l’année dernière, l’équipe a proposé aux jeunes volontaires de reconduire l’expérience. « L’objectif est d’éveiller la curiosité pour l'Europe, explique Ema, dans un français bien maîtrisé. Beaucoup de Français ne connaissent pas nos pays. » Le 22 mai, à la MPT de Penhars, des jeux et des ateliers ont ainsi été proposés aux enfants des centres de loisirs, aux publics des Esat et aux habitants du quartier, pour venir découvrir l’Europe. Chaque structure où travaillent ces jeunes volontaires a été invitée à participer à un concours de dessins sur sa vision de l’Europe. On a aussi pu entendre des contes allemands, finlandais, espagnols... Un puzzle en bois géant de l’Europe a été réalisé pour l’occasion au sein de l’Esat. « On a choisi de proposer également un goûter et de servir un café croate/serbe, détaille Ema, car parmi les volontaires, il y a une Serbe et moi, je suis croate. C’est l’occasion de parler de nos deux pays  ! On a fait aussi un atelier maquillage, avec les animaux emblèmes de nos pays. Par exemple, le dalmatien vient de Dalmatie, en Croatie, c’est ainsi plus facile à mémoriser. »