Tout commence En Finistère

gastronomie

cuba : Crêpes et kouign amann

Erwann Bigot fait partie d’un nouveau groupe d’ambassadeurs de la marque Tout commence en Finistère. Comme lui, ils sont aujourd’hui une cinquantaine d'extra-ambassadeurs vivant hors du département, parmi les plus de 1 300 ambassadeurs de la marque. L’idée de départ est de fédérer des crêperies installées à l’étranger, tenues par des Finistériens, et d’en faire des lieux de retrouvailles.

Erwan fait des crêpes… mais lui, c'est plutôt le matin, dans sa maison d’hôtes à Cuba. « Je suis venu à La Havane avec ma billig et je fais des crêpes froment ou blé noir pour le petit-déjeuner de nos hôtes. Régulièrement, je fais aussi de la pâte brisée, du kouign amann et des galettes bretonnes qui remportent beaucoup de succès auprès des Cubains. » Originaire de Douarnenez, où se trouve sa résidence principale, il tient, avec son compagnon cubain Daniel, la Casa Norma Cuba, au balcon de laquelle un Gwenn ha Du est suspendu  ! « Ce drapeau est un signe de ralliement pour tous les Bretons qui passent sous nos fenêtres et que nous invitons systématiquement à monter prendre un verre de rhum. » Autant dire que la notion d’extra-ambassadeur du Finistère, sans oublier l’ouverture aux autres cultures, est bien appliquée à la Casa Norma Cuba.

création

Une collection capsule « Tout commence en Finistère »

Depuis le 18 avril, une collection capsule « Tout commence en Finistère » est disponible dans 24 centres E. Leclerc en Bretagne et dans quelques lieux choisis du département (aéroport de Brest, musée de Pont-Aven, domaine de Trévarez…).

Cette collection résulte d’un partenariat avec Breizh mod, marque textile des magasins E. Leclerc.

Sur le produit phare, une marinière, on retrouve le dessin brodé chez Le Minor, à Pont-l’Abbé, de la lauréate du concours Glazic challenge, lancé en 2018. Alexandrine Lavigne l’avait emporté avec un croquis représentant trois Finistériennes en coiffe, l’une avec cornemuse, l’autre avec une crêpière et la dernière avec une planche de surf. Sur chaque pièce vendue (marinière, T-shirt, sac de plage, torchon, pochette, bavoir), un euro est reversé à la marque Tout commence en Finistère, dont 10 % à la SNSM. Les produits seront disponibles tout l’été.

La Traversée Bigood

Un million de coups de rames

Jérôme Bahuon, jeune médecin finistérien et ambassadeur de la marque Tout commence en Finistère, vient de traverser l’Atlantique à la rame pour sensibiliser au don de moelle osseuse.

Circé est aujourd'hui une adolescente pleine de vie. Pourtant, à l’âge de 9 ans, elle se battait contre une leucémie et était en échec thérapeutique. Elle n’a dû sa survie puis sa guérison qu’à un donneur allemand dont la moelle osseuse était compatible.

« 80 % des maladies graves du sang comme la leucémie peuvent être traitées grâce à la greffe de moelle osseuse. Malheureusement, la France ne compte que 300 000 donneurs. Il en faudrait au minimum trois à quatre fois plus car il n’y a qu’une chance sur un million pour que deux personnes prises au hasard soient compatibles », se désole Jérôme Bahuon, jeune médecin radiologue et oncle de la jeune fille.

Pour sensibiliser à cette cause essentielle, il y a trois ans, il imagine « La Traversée Bigood », une traversée de l’Atlantique en solitaire à la rame, sans escale et sans assistance. C’est sous les couleurs de la Fédération Leucémie Espoir qu’il est parti en janvier dernier des Canaries pour accoster au Marin en Martinique, soixante jours plus tard.

« J’ai dû apprendre à ramer, à composer avec les éléments, à utiliser les outils électroniques, à éviter les cargos… », explique-t-il. « Je me suis aussi émerveillé devant la beauté du monde », continue-t-il. Souvent, la fatigue s’est fait sentir, parfois la peur de la mort aussi et puis les déchirures musculaires, les blessures… Mais « en bon Finistérien que je suis, avec du caractère, je n’ai jamais perdu de vue l’objectif de ce défi. Dans les pires moments de mon aventure, je me suis inspiré avec humilité du courage des patients », conclut-il.

solidarité en mer

« La mer solidaire » fédère les ambassadeurs

La mer, espace de solidarité, une expression qui prend tout son sens en Finistère. La SNSM* en est le témoin. La marque Tout commence en Finistère a décidé de consacrer l’année 2019 à ce thème.

Quatorze ambassadeurs travaillent depuis quelques mois sur deux projets : la réalisation d’une vidéo pour raconter l’histoire de la solidarité en mer dans notre département, et la construction d’un jeu pour sensibiliser le jeune public au sauvetage en mer et au respect de l’environnement marin.

Et pour inaugurer cette thématique, le groupe de travail a imaginé une carte postale qui met en valeur le canot de sauvetage Papa Poydenot de Penmarc’h, symbole de l’histoire de la solidarité en mer, classé monument historique en 1992.

*SNSM : Société nationale de sauvetage en mer