Action

Budget du Conseil départemental du Finistère

Les solidarités toujours au cœur

Le Conseil départemental a adopté le 1er février dernier un budget de 945,97 M€. Un budget équilibré, sincère et solidaire.

51 % du budget pour les solidarités

L’action sociale de proximité constitue le cœur des missions du Conseil départemental. 487,41 M€ seront consacrés à ces politiques, en direction des personnes âgées, des personnes en situation de handicap (élaboration du 5e schéma « Vivre ensemble »), en faveur de l’insertion, ou de l’aide à l’enfance et à la famille. Par ailleurs, le Département poursuit ses investissements, afin de développer l’accessibilité, renforcer le logement social, l’hébergement des personnes âgées et handicapées, et le soutien aux communes et groupements de communes… 119 M€ sont inscrits pour financer les projets d’investissements. Une enveloppe qui permet de maintenir un haut niveau d’investissement pour répondre aux besoins de la population et des territoires et soutenir le tissu économique. Près de la moitié de ce budget d’investissement, soit 57 M€, est consacrée au financement des projets des communes et groupements de communes, établissements sociaux et médico-sociaux, associations, universités…

Le Département investit 124 M€ pour les collèges publics sur la période 2019-2026

Le soutien de la collectivité aux jeunes passe par la place importante des collèges dans le budget 2019. Ce schéma pluriannuel prévoit un investissement de 124 M€, dont l’opération majeure de construction d’un deuxième collège public dans le secteur de Landerneau pour 14,5 M€. Le déploiement dans les collèges du défi « alimentation positive » et la mise en œuvre du nouveau schéma départemental de développement des enseignements artistiques et des pratiques amateurs font également partie des actions engagées en 2019.

Pas d’augmentation d’impôt

Cette année encore, le Conseil départemental a choisi de ne pas augmenter la fiscalité, afin de ne pas peser sur le pouvoir d’achat des ménages finistériens. Ceci est rendu possible grâce à une bonne maîtrise et une gestion saine de ses dépenses de fonctionnement qui restent stables par rapport au budget 2018. Pour 2019, le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), qui est le seul impôt sur lequel les Départements disposent d’un pouvoir de vote des taux, est maintenu à 15,97  %.

 

Un nouveau collège à Saint-Renan

Parmi les grands chantiers d’investissement, la construction d’un nouveau collège en lieu et place du collège Kerzouar, dont les locaux sont aujourd’hui inadaptés et vétustes. L’une des opérations majeures du schéma pluriannuel des collèges pour la période 2019-2026. Il sera dimensionné pour accueillir 700 élèves (contre 500 actuellement). Dotés de quatre salles de science, de deux salles de technologie, d’une piste et de terrains de sport en extérieur, ses bâtiments répondront aux nouvelles normes d’accessibilité, avec de faibles consommations en énergie et en eau.

Les enjeux de l’accessibilité

Mobilisons-nous pour l’accessibilité !

Le 8 février 2019, le Premier ministre a signé avec la Région le pacte d’accessibilité et de mobilité pour la Bretagne. Il affirme l’engagement de l’État à améliorer l’accessibilité de la pointe bretonne. Acteurs publics et privés restent mobilisés pour obtenir des avancées, tant à court terme par une amélioration de l’offre de transports et de la qualité de service, qu’à plus long terme pour une amélioration des infrastructures.

Témoignage: Éric Balufin, directeur du site Naval Group de Brest

« 2 800 collaborateurs travaillent dans le domaine des services, dans le maintien en condition opérationnelle des bâtiments de la Marine nationale. Naval Group est pourvoyeur d’activités pour un grand nombre d’acteur.trice.s dans le Finistère, mais aussi en France. Nous avons donc un premier enjeu qui consiste à être capable de gérer les flux de personnels et de matériels qui se concentrent sur la base navale, afin de réaliser l’entretien des sous-marins. Nous avons aussi une forte activité à l’international. Il nous faut être capables de projeter sur nos bases-avant, dans les pays clients, un grand nombre de personnels. L’accessibilité est naturellement un enjeu très important pour nous. »

Témoignage: Gwendal Olivier, mareyeur et patron des Pêcheries Les Brisants à Loctudy

« L’accessibilité des ports et des criées est une question majeure pour développer le mareyage. L’intérêt pour nous est d’être devant les criées pour pouvoir transformer le poisson et l’expédier le plus vite possible. Or, la logistique « transport » et « entrée des produits » dans un magasin de marée est de plus en plus difficile à mettre en place. Cela est dû à l’impact des heures de départ des camions. Départs qui ont lieu de plus en plus tôt, et qui vont avancer encore de 2 à 3 heures en 2019. Ce qui va poser un problème pour nos expéditions, et la livraison de nos clients en 24h. On se pose des questions pour l’avenir. »

Témoignage: Corinne Verhulst, responsable administrative de la Station biologique de Roscoff

« Les enjeux de l’accessibilité sont très importants pour la Station biologique de Roscoff. Nous sommes aujourd’hui à trois heures dix de Paris en train. C’est très important parce que les étudiants et les chercheurs viennent de toute l’Europe et du monde entier. Et si on n’avait pas de facilités pour organiser les déplacements des équipes de recherche, on ne pourrait tout simplement pas remplir nos missions d’accueil de scientifiques à la station. Les déplacements au sein du territoire breton restent toutefois compliqués. On a besoin de mettre en place des déplacements transversaux en Bretagne. »

Dispositif d’Aide aux Mineurs Isolés Étrangers

Le Damie en action

Le DAMIE est un service financé par le Conseil départemental, destiné à accompagner les MNA ou mineur.e.s non accompagné.e.s.

En 2018, sur le chemin de l’exil au terme d’un terrible parcours migratoire, 528 jeunes sont arrivés sans famille ni attache en Finistère venant principalement d’Afrique subsaharienne, mais aussi pour une part de pays en guerre.

« Tous ces jeunes viennent ici pour se créer un avenir car chez eux, il n’y en a pas », souligne Pierre Potin responsable du DAMIE de Brest, un dispositif d’aide aux mineur.e.s isolé.e.s étranger.ère.s géré par Don Bosco et financé par le Département.

« Dans le cadre de sa mission de protection de l’enfance, le Département doit organiser la prise en charge des mineur.e.s isolé.e.s », précise Benoît Bothua, responsable de la mission d’évaluation. Une fois la situation évaluée, ces jeunes sont répartis dans tout le département, notamment dans des services dédiés. Le DAMIE de Brest est l’un de ceux-là. Constituée de sept travailleurs sociaux, d’un enseignant de FLE*, d’une conseillère ESF**, d’une maîtresse de maison, d’une secrétaire et d’une psychologue, la structure accompagne 56 jeunes de 15 à 18 ans dont trois jeunes filles. Ils et elles sont hébergé.e.s en colocation éducative à deux ou trois dans des appartements au cœur de Brest.

« Tout notre accompagnement tend vers l’obtention du titre de séjour à leur majorité, sans avoir jamais la certitude qu’ils et elles recevront ce sésame », explique Pierre Potin.

« Pour espérer l’obtenir, les jeunes doivent s’engager dans un parcours exigeant. En peu de temps, ils doivent apprendre le français, obtenir le diplôme d’études en langue française (DELF) et avoir commencé une formation professionnalisante six mois avant la demande », renchérit Nicolas Ferry, éducateur.

Leurs journées, elles, sont plus que chargées entre les démarches administratives, les rendez-vous réguliers au commissariat ou à la préfecture pour justifier de leur âge, leur identité, les apprentissages de la vie quotidienne…

« Ces jeunes ont une volonté incroyable et une grande humilité. Ils savent qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur. Ils forcent le respect », concluent les deux hommes.

*FLE : français langue étrangère

**ESF : économie sociale et familiale

Ces jeunes ont une volonté incroyable et une grande humilité. Ils savent qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur. Ils forcent le respect.

Le soleil se lève à Brest

Le DAMIE est au cœur d’un film Le soleil se lève à Brest réalisé par Gilles Blaize, coproduit par Bleu Iroise, les chaînes locales TVR, Tébéo, Tébésud et soutenu par la Région Bretagne.

+ D'INFO SUR LE DAMI SUR 

https://www.donbosco.asso.fr/damie