Brezhoneg

« BLAZ AR YEZH » GANT BLAZ PRODUKTION

Abaoe 2016 e labour tud ar gevredigezh « Blaz Produktion » da stummañ implijidi an tiez retred war ar brezhoneg. Ar stummadur se a sikour an darempred etre tud a yec’hed an EHPADoù (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) hag ar re gozh.

Un ti-produiñ eo Blaz Produktion, staliet nepell deus borc’h ar Fouilhez. Savet e oa bet gant Kristian Braz e 1998, gant ar c’hoant filmañ tud o kaozeal brezhoneg.

Ral a filmoù brezhonek a oa d’ar mare-se, hag ezhomm ‘oa sikour ar gelennerien vrezhonek a oa oc’h en em stummañ, da glevet brezhoneg mat. Blaz produktion zo stag ouzh « blaz ar yezh », da lâret eo son ha spered houmañ.

Filmet e vez tud gant Kristian Braz atav, ha skignet e vez anezhe war lec’hienn internet ar gevredigezh, Blazproduktion.bzh. Enrolladennoù all a zo moaien da selaou aze, e-giz danevelloù pe barzhonegoù. Lakaat ar Vretoned da glevet o lennegezh zo ken pouezus all evit tud Blaz Produktion.

Er bloavezh 2010, Kristian Braz hag e genseurtez Evelyne Sedlak o doa bet ar mennozh mont en tiez-retred da glask deskiñ un nebeut brezhoneg d’an implijidi. Ouzhpenn 150 ti-retred zo e departamant Penn ar Bed, ha raloc’h-ral e kaver ur skoazeller-ez pe un c’hlañvdiour-ez a oar brezhoneg enne. Setu peseurt mod ‘oa kroget an daouad da ginnig stummadurioù berr ha pleustrek war ar brezhoneg, gouestlet d’an implijidi n’ouzont ket brezhoneg, pe nebeut-tre. Dre ar brezhoneg e vez aesaet an darempred etre ar re a ra war-dro ar re gozh, ha kement all evit ar re gozh e-keñver a re a ziwall oute. Tud oadet zo en EHPADoù hag o deus dalc’het soñj mat deus o brezhoneg, ha disoñjet kalz deus o galleg, tapet m’int gant kleñvedoù spered e-giz Alzheimer. Fiziañs ha lorc’h a zegas ar brezhoneg d’ar re gozh ouzhpenn, dre ma c’hallont deskiñ traoù d’an implijidi d’o zro ivez. Aesoc’h e vez buhez an holl a-benn ar fin.

En 2016, Kuzul Departamant Penn ar Bed en doa roet ur yalc’had arc’hant da skipailh Blaz Produktion evit stummañ muioc’h a implijidi en tier-retred c’hoazh. Betek-hen, Kristian hag Evelyne o deus stummet ur 120 implijiad bennak e Penn ar Bed. Dre sekteur e vez bodet ar re a youl vat teir lunvezh diouzh renk, e-pad seizh eurvezh bep taol. N’eo ket hir ar stummadur, setu e tleont bout efedus-tre.

Desket e vez d’an deskarded lâret frazennoù simpl ha komprenabl d’ar re gozh, deus ar vuhez pemdez : « Tennet ‘vo ho chupenn ? Droug penn ‘peus ?  Soubenn ‘po ? », en amzer vremañ, tremenet ha da zont. Implijet ‘vez nebeut a verboù, alies en doare gourc’hemenn, ha pozoù a denn deus buhez an annezidi. C’hoariet e vez gant etikedennoù, respontet e vez d’an urzhioù en ur jestraouiñ, ha komzet e vez kalzig e-pad un devezhiad stummañ.

Traduction :

« LE GOÛT DE LA LANGUE » PAR BLAZ PRODUKTION

L'association Blaz Produktion travaille depuis 2016 à initier des équipes de soignants au breton. Cette formation pratique de la langue facilite les rapports entre les personnels des EHPAD (Établissements d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) et les résidents.

Blaz Produktion est une agence de production basée à la Feuillée. Elle naît en 1998 par Christian Le Bras, qui souhaite filmer des bretonnants de naissance. Il commencera par Naïg Rozmor, puis filmera par la suite une centaine d'autres bretonnants. Ainsi, il collectera en tout quelques 300 heures de conversation, à partir desquelles sera édité un DVD, « A-hed ar c'hantved », par les éditions TES (Ti Embann ar Skolioù) en 2007. Tous les enregistrements peuvent être consultés gratuitement sur le site internet Dastumedia.

A cette époque, les films en breton sont rares et le besoin se créé pour les enseignants se formant à l'enseignement bilingue français-breton d'entendre du breton authentique. Blaz Produktion est attaché au « blaz » de la langue bretonne, son goût, c'est à dire son accent et son génie.

Christian Le Bras filme toujours aujourd'hui, et ses enregistrements sont directement visionables sur son site internet Blazproduktion.bzh. D'autres enregistrements audio de nouvelles ou de poésies sont également disponibles à l'écoute. Les membres de l'association sont tout aussi attachés à faire entendre aux bretons leur littérature.

En 2010, Christian Le Bras et son associée Evelyne Sedlak ont l'idée d'intervenir en maison de retraite afin d'initier les personnels au breton. Le département du Finistère compte plus de 150 EHPAD et les aide-soignants ou infirmières connaissant le breton se font de plus en plus rares. C'est ainsi qu'ils ont imaginé et proposé leurs formations courtes et pratiques de breton, destinées aux employés des EHPAD ne connaissant pas le breton, ou très peu. En effet, les échanges entre personnels et résidents sont facilités par la communication en langue bretonne. Certains anciens atteints de maladies neurodégénératives ont beaucoup oublié le français, mais se souviennent du breton de leur jeunesse. Le breton leur apporte également confiance et fierté, puisqu'ils peuvent aussi à leur tour apprendre quelques rudiments aux soignants. La vie de tous est ainsi facilitée.

En 2016, le Conseil Départemental du Finistère attribue une subvention à l'équipe de Blaz Produktion afin de former encore plus de personnels dans le département. Jusqu'à présent, Christian et Evelyne ont formé quelques 120 personnes en Finistère.

Les volontaires sont regroupés par secteur pour une formation de trois lundis consécutifs, pendant sept heures à chaque fois. La formation ne dure pas très longtemps, il faut donc être très efficace.

Les formés apprennent à dire des phrases simples et intelligibles pour les résidents, en rapport avec leur vie quotidienne : « Je peux retirer votre veste ? Vous avez mal à la tête ? Vous souhaitez de la soupe ? », au présent, au passé et au futur. Ils utilisent les verbes les plus courants, souvent à l'impératif, et des mots de l'environnement de la maison de retraite. Les apprenants travaillent avec des étiquettes, doivent répondre par le mime aux ordres qu'on leur donne, et doivent s'exprimer beaucoup pendant une journée de formation.

Ce programme de formation connaît un franc succès et d'autres directeurs d'EHPAD se sont montrés intéressés. Christian Le Braz et Evelyne Sedlak sont également prêts à former d'autres intervenants, afin de répondre à toutes les demandes.

Mots clés

L’association Blaz Produktion travaille depuis 2016 à initier des équipes de soignants au breton. Cette formation pratique de la langue facilite les rapports entre les personnels des EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et les résidents.

langue bretonne

Gouelioù fin ar bloaz

© Shutterstock

Les jours sont plus courts (berroc’h) et plus sombres (teñvaloc’h) à la fin de l’année, dans l’hémisphère nord. Ce sont les mois noirs (ar mizioù du), tels qu’on les appelle en breton, les mois de novembre (miz Du) et de décembre (miz Kerzu). Il est alors plus difficile (startoc’h) de quitter son lit le matin, et certaines personnes se sentent comme vidées de leur énergie (startijenn). Le manque de lumière (sklêrijenn) se fait sentir  ! Heureusement, les fêtes de fin d’année procurent beaucoup de joie (levenez) à tous. En breton, on distingue normalement la fête religieuse (ar gouel) de la fête profane (ar fest). Noël (Nedeleg) est une fête chrétienne qui se prépare de plus en plus tôt, parfois en même temps que la Toussaint (gouel an Hollsent) ! C’est aussi une fête populaire qui remonte à la nuit des temps, une fois le solstice d’hiver (ar berrañ deiz hag an hirañ noz) passé. La lumière est alors vainqueur (trec’h) des ténèbres. Aujourd’hui comme hier, on invite la famille ou les amis autour d’une bonne tablée de victuailles. Avant, on mangeait une soupe grasse, de l’andouille et du lard dans les campagnes, pendant le réveillon (nozvezh ar pellgent). On leur préfère la dinde rôtie (ar c’hig yar-indez) avec ses châtaignes poêllées (ar c’histin fritet) aujourd’hui. La fête dure alors très longtemps dans certains foyers  ! Le dernier jour de décembre, il faut encore se retrouver pour fêter la nouvelle année (ar bloavezh nevez) durant la nuit de la Saint-Sylvestre (nozvezh Kalanna) !