Pays de Cornouaille

carénage

CarenEcolo : mobile et écologique

Gaëtan Fouquet, fondateur de CarenEcolo

Avec une cinquantaine d’équipements en cours de validation en France et à l’international, CarenEcolo est une entreprise d’avenir. Basée à Briec-de-l’Odet, elle propose un système économique et écologique pour le carénage des bateaux. Explications.

CarenEcolo, l’invention de Gaëtan Fouquet, est intimement liée à sa passion pour la mer. « Je suis plaisancier, originaire de l’île de Sein, annonce-t-il en introduction. Et j’ai eu l’idée de récupérer les eaux de carénage, de les filtrer et de les traiter pour les rendre dépolluées au milieu. »

C’est ainsi que naît l’entreprise CarenEcolo, basée à Briec-de-l’Odet. En 2015, Gaëtan Fouquet imagine une solution facile d’utilisation, légère à mettre en place, à des coûts abordables pour permettre aux petites communes ou aux chantiers navals de s’équiper avec une aire de carénage mobile. Ce technicien dans une unité de dessalement d’eau de mer, qui a également travaillé dans l’industrie, invente un système de filtration innovant, qu’il commence à commercialiser depuis 2017.

Un équipement mobile mutualisable

L’intérêt de l’équipement est sa mobilité : il est ainsi mutualisable entre divers petits ports. Il peut être vendu ou loué. CarenEcolo a deux modèles types, personnalisables selon les besoins. Ils sont constitués d’une bâche mobile ou une bâche semi-fixe en caoutchouc épais. Une station mobile contenant un équipement de filtration vient compléter le système. « Les eaux de carénage contiennent 15 grammes de biocide, des produits chimiques qui détruisent les êtres vivants, pour 1 m2 de coque de bateau, explique Gaëtan. Mon système filtre le tributylétain, le plomb, le mercure, le zinc et le cuivre, des métaux lourds et des perturbateurs endocriniens puissants, contenus dans les peintures antifouling », poursuit-il.

Si aujourd’hui seule une collectivité finistérienne s’est équipée, la Communauté de communes du Pays d’Iroise, ses prospects vont au-delà des frontières hexagonales, en Europe… et jusqu’en Australie. « Écologiquement, c’est intéressant. Et c’est moins cher à l’achat que de construire une zone de carénage », précise Gaëtan, qui commercialise son premier équipement à 40 000 euros « avec une bâche de 32 m2 pour caréner des bateaux de 6-7 mètres ».

concarneau

Kérandon : un nouveau visage

Un des bâtiments phares du nouveau quartier de Kérandon

Les travaux de renouvellement urbain opérés par Finistère Habitat offrent une nouvelle image au quartier de Kérandon, à Concarneau. Focus sur les opérations réalisées.

Le 25 mai prochain une grande fête viendra clôturer la première tranche des opérations de réhabilitation dans le quartier de Kérandon, à Concarneau. « Les grands enjeux de ce projet étaient de modifier l’image du quartier, d’y intégrer plus d’intergénérationnel et de mixité », rappelle Arnaud Jubert, chargé des opérations de réhabilitation pour Finistère Habitat.

Les travaux, débutés en 2015, ont notamment concerné les extérieurs, avec l’aménagement d’espaces verts, de liaisons douces pour les entrées… Les entrées, les halls et les parties communes des bâtiments ont été requalifiés, avec un traitement architectural plus contemporain, un traitement acoustique, des éclairages LED et un contrôle d’accès.

Sur la place du Marché, 25 logements ont été déconstruits pour aérer l’ensemble. Un bâtiment a été restructuré pour accueillir de jeunes couples et des personnes âgées. Une réhabilitation énergétique est également en cours jusqu’à la fin de l’année dans l’ensemble des 655 logements.