Un projet pour prévenir les risques auditifs chez les jeunes

E

n février 2015, le Conseil départemental lance un appel à projet « collège et territoire » sur la prévention des risques auditifs chez les jeunes, souvent liés à l’écoute des musiques amplifiées. Focus sur le projet « La sourde oreille » dans le collège Beg Avel de Carhaix.

En 2015, le collège Beg Avel à Carhaix se porte candidat à l’appel à projet du Département pour sensibiliser ses jeunes aux risques auditifs, avec le projet « La sourde oreille »*. Dans la ville où se tient chaque année le plus grand festival de musiques actuelles de France, le projet prend tout son sens ! Le principal adjoint propose à Pierre-Jean Bernard, professeur de technologie et musicien, de mettre en place le projet l’année d’après, avec 48 élèves de 4e. « Nous avons commencé par recueillir les habitudes sonores des collégien.ne.s, en identifiant ceux qui avaient des problèmes auditifs, comment ils se protégeaient. Nous avons noté par exemple que beaucoup écoutaient de la musique le soir et que tous les élèves pratiquant un instrument présentaient des troubles auditifs. »

Cette première étape sert d’introduction à un travail de collecte d’information. Un spécialiste de l’audition vient ensuite parler du fonctionnement de l’oreille et de ses pathologies. Les élèves visitent les coulisses de l’espace Glenmor, salle de concert et de cinéma de Carhaix, avec son directeur. Et certains interviewent même le responsable développement durable du festival des Vieilles Charrues autour des problématiques sonores (prévention, dispositifs de protection, niveau de décibel des scènes…).

Pour finir, ils passent au crible les lieux de leur quotidien, en réalisant des cartographies sonores de leur ville et de leur collège, avant de les analyser. Pour M. Bernard, le bilan est positif : « Les élèves ont bien compris que si on écoute de la musique trop fort, trop longtemps, on perd de l’audition que l’on ne récupère pas. » conclut-il.